Nightline : "Dans le contexte actuel, c'est compliqué de devenir adulte"

Lucas Fugeard et Axel De-Smeytere de Nightline
Lucas Fugeard et Axel De-Smeytere de Nightline Tous droits réservés euronews
Par Valérie Gauriat
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Nightline est une association créé par des étudiants pour apporter un soutien aux étudiants en situation de détresse, via une plateforme téléphonique d’écoute et d’orientation, active dans plusieurs villes de France.

PUBLICITÉ

Nightline est une association créé par des étudiants pour apporter un soutien aux étudiants en situation de détresse, via une plateforme téléphonique d’écoute et d’orientation, active dans plusieurs villes de France. Lucas Fugeard, étudiant en Psychologie, et Président de Nightline Lyon, et Axel De-Smeytere, étudiant en Sciences de la Biodiversité, font le point au micro de Valérie Gauriat.

Axel De-Smeytere :

Nous chez Nightline, on a de plus en plus d'appels tout le temps. Elles Sont en constante augmentation. C'est vrai qu'on a régulièrement des appels concernant la précarité étudiante.

D'ailleurs, la précarité étudiante au sens large, on parle beaucoup de précarité matérielle. Mais il y a aussi la précarité psychologique, la précarité physique.

Donc, ça peut être très divers aussi dans les appels et dans le vécu des étudiants. D'ailleurs, on a une étude de l'OVE l'Observatoire de la vie étudiante qui montre que on a plus de 65 % des étudiants en précarité étudiante, en précarité, en situation de précarité, qui présentent des troubles de détresse psychologique.

En général, la précarité, je dirais, renforce souvent des problèmes qui peuvent être déjà sont déjà présents et en rajoutent.

On est dans une période qui est globalement assez instable. On parle beaucoup de la guerre de l'Ukraine, de l'inflation actuellement. Il y a eu le Covid, il y a finalement très peu de temps, et l'urgence climatique. C'est beaucoup de choses qui rendent difficile le fait de se projeter, et on sait que c'est quand même assez important pour notre quotidien. C'est peut-être même le principe des études d'essayer de se construire un avenir et l'avenir est globalement assez flou. Donc c'est vrai que ça peut être compliqué d'avancer dans le brouillard

Lucas Fugeard :

On entend souvent que les années étudiantes sont les plus belles années de notre vie. Ou alors, a contrario, on entend que quand on est étudiant, c'est normal d'être en galère.

Donc du coup que ce n'est pas forcément légitime de se plaindre, de parler de tout ça. Et effectivement, entre les relations amoureuses, familiales, amicales, le job étudiant, l'urgence climatique, l'inflation, c'est plein de choses, plein de facteurs qui viennent s'accumuler, en plus du stress des études.

Et c'est très compliqué dans ce contexte-là, de devenir un jeune adulte, un adulte même, et de trouver son identité. Et il y a tout plein de facteurs plus ou moins complexes qui font barrage à cela. »

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'uniforme bientôt obligatoire pour les écoliers français ?

Pacte enseignant : le dispositif ne séduit pas les professeurs

Harcèlement scolaire : l'élève harceleur peut maintenant être changé d'école