Au moins 63 soldats russes tués dans une attaque ukrainienne dans l'Est

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Allocution du porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, le 2 janvier 2023
Allocution du porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, le 2 janvier 2023   -   Tous droits réservés  AFP via ministère russe de la Défense

Ce lundi 2 janvier, Moscou a reconnu la perte d'au moins 63 soldats dans la ville de Makiivka, près de Donetsk, dans l'est du pays. Cette riposte meurtrière de l'armée ukrainienne se serait déroulée pendant la nuit du Nouvel an d'après des médias russes et ukrainiens qui ont fait état de cette frappe dimanche. Kyiv annonce un bilan humain beaucoup plus élevé que son adversaire et soutient que le bâtiment touché abritait des centaines de soldats russes récemment mobilisés ainsi qu’un important dépôt de munitions.

Le ministère russe de la Défense a précisé que cette frappe a été perpétrée grâce à un lance-roquettes multiples HIMARS, arme envoyée par les Etats-Unis. Ce bilan est le plus lourd en une seule attaque signalé par l'armée russe sur ses forces depuis le début de l'invasion.

Nouvelle attaque sur Kyiv

Au lendemain d'un premier janvier marqué par des dizaines de frappes russes qui ont fait au moins quatre morts et une cinquantaine de blessés dans plusieurs villes du pays, le chef de l'administration de la région de Kyiv a dénoncé de nouvelles attaques aériennes dans la capitale ce lundi 2 janvier à l'aube.

Renata Brito/AP Photo
Anatolii Kaharlytskyi, 73 ans, se tient près de sa maison, fortement endommagée après une attaque russe à Kyiv, Ukraine, lundi 2 janvier 2023.Renata Brito/AP Photo

Une fois encore, elles visaient des infrastructures énergétiques et ont généré des coupures de courant. Selon le maire de la capitale Vitali Klitschko, un jeune homme de 19 ans a été blessé par des éclats de verre. La défense antiaérienne ukrainienne a affirmé avoir abattu 41 drones et un missile russes mais l'opérateur DTEK a annoncé des "dégâts" infligés aux infrastructures liées à l'alimentation en électricité de Kiev qui nécessitaient des coupures d'urgence.