Retraites en France : le bras de fer se poursuit entre syndicats et gouvernement

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT sortant de Matignon, le 4 janvier 2023
Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT sortant de Matignon, le 4 janvier 2023   -   Tous droits réservés  Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Le passage à la nouvelle année n’aura rien changé au bras de fer qui oppose le gouvernement français aux syndicats concernant l’épineux dossier des retraites. Les deux jours de discussions entre les organisations syndicales et la première ministre Élisabeth Borne n’ont rien donné, si ce n’est exacerber la grogne syndicale. Les syndicats sont toujours fermement opposés au report de l'âge légal de départ à la retraite, qui pourrait être porté par le gouvernement à 64 ou 65 ans, contre 62 ans actuellement. Sur la question, le gouvernement, lui, reste inflexible.

"Je pense que le président de la République plane au-dessus des têtes de la Première ministre et de son ministre du Travail. Emmanuel Macron veut une réforme dogmatique qu'il a décidé de faire sans tenir compte de l'avis des syndicats, avis unanime des syndicats, avis unanime des syndicats !", a exprimé Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT en sortant de Matignon.

la CFTC, vous savez, on n'a jamais nié qu'il y avait un problème de déficit des retraites et qu'il y allait avoir un problème de déficit en particulier sur les années 2024-2028. Donc il n'y a pas de soucis pour discuter du financement. Mais il y a d'autres solutions qu'on a mises sur la table qui permettent d'éviter le report de l'âge légal. Le gouvernement s'enferme sur ça. On voit que c'est un marqueur fort. Il veut absolument qu’il y ait ce report. À partir du moment où il y a le report, on ne peut pas être satisfait et donc on combattra cette réforme", dit pour sa part Cyril Chabanier, le président de la CFTC.

La Première ministre et le président français ont, eux, appelé le gouvernement à rester mobilisé et à faire preuve d’"audace" pour "résister aux vents contraires". La réforme des retraites sera présentée le 10 janvier prochain aux Français, puis le 23 en Conseil des ministres, avant un examen potentiellement houleux à l'Assemblée nationale et le risque d'une fronde dans la rue.