Turquie : la présidente de l'Union des médecins libérée mais condamnée

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Sebnem Korur Fincanci à sa sortie de la prison pour femmes de Bakirkoy, le 11 janvier 2023, Istanbul, Turquie
Sebnem Korur Fincanci à sa sortie de la prison pour femmes de Bakirkoy, le 11 janvier 2023, Istanbul, Turquie   -  Tous droits réservés  Emrah Gurel/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

**La présidente de l'Union des médecins de Turquie (TTB), Sebnem Korur Fincanci, a été condamnée mercredi à deux ans et huit mois de prison pour "propagande terroriste", mais libérée par un tribunal d'Istanbul.
**

Mme Fincanci, reconnue internationalement pour sa dénonciation des crimes de guerre, avait été arrêtée le 26 octobre pour avoir réclamé une enquête sur des accusations d'emploi d'armes chimiques par l'armée turque dans le nord de l'Irak contre des combattants du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

La médecin, âgée de 63 ans, dénonçait depuis le début un procès "politique". Elle encourait jusqu'à sept ans et demi de prison.

Son avocate, Meric Eyuboglu, a exprimé sa "surprise" et sa "joie" à l'issue du verdict, affirmant s'être préparée "au pire".

Elle a également annoncé que sa cliente se pourvoirait en appel.

En fin de journée, Mme Fincanci a quitté tout sourire la prison pour femmes de Bakirkoy, à Istanbul, accueillie par les embrassades émues d'une cinquantaine de ses soutiens et un bouquet de fleurs, a constaté l'AFP.

Médecin légiste de formation, elle avait été arrêtée puis détenue à Ankara, avant d'être transférée à Istanbul.

Selon l'association d'avocats MLSA, présente au procès, elle sera également privée du droit d'exercer sa profession pendant la durée de sa peine si celle-ci est confirmée.

Les accusations d'emploi d'armes chimiques par l'armée turque dans le nord de l'Irak, relayées par des médias prokurdes et des élus de l'opposition, avaient suscité l'ire des autorités turques, qui ont dénoncé une campagne de "désinformation".

"Affaire politique"

Le PKK est considéré comme une organisation "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

Devant la cour, Meric Eyuboglu a dénoncé un réquisitoire préparé "avant même la première audience et répété" depuis par le procureur, preuve "que les droits à un procès équitable ont été constamment bafoués".

Une dizaine de pays occidentaux, dont la France et les Etats-Unis, comme l'Union européenne, avaient dépêché des représentants à l'audience, dans une salle bondée, a rapporté l'un d'eux à l'AFP.

Ardente défenseure des droits, très engagée dans la lutte contre la torture et les crimes de guerre, Mme Fincanci a été notamment associée aux enquêtes des Nations unies sur les crimes commis en ex-Yougoslavie.

De très nombreux soutiens de Mme Fincanci - représentants d'organisations médicales et de défense des droits, universitaires - ont assisté à l'audience dans la matinée.

L'un d'eux, Ole Johan Bakke, vice-président du Comité permanent des médecins européens (CPME), s'est réjoui de sa libération tout en annonçant que son organisation allait "se battre aux côtés des (médecins) turcs pour gagner en appel" et obtenir son acquittement.

Sebnem Korur Fincanci, qui comparaissait pour la troisième fois devant la Haute Cour criminelle d'Istanbul, a dénoncé "une affaire à motivation politique visant le TTB, les valeurs démocratiques et la liberté d'expression".

"Abus de justice"

Accusant ses juges de "trahir leur pays et son peuple pour leur propre bénéfice", Mme Fincanci a cité devant la cour le poète français René Char: "Obéissez à vos porcs qui existent/ Je me soumets à mes dieux qui n'existent pas/ Nous restons gens d'inclémence".

Des poursuites séparées ont été engagées par le même procureur contre les 11 membres du comité exécutif de l'Union des médecins pour "appartenance à une organisation terroriste". Leur procès a été renvoyé au 8 février.

L'Union des médecins a dénoncé, dans un communiqué, la condamnation "illégale" de sa présidente et prévenu: "Nous continuerons à nous battre".

Mme Fincanci avait expliqué lors de ses précédentes comparutions refuser de préparer sa défense. "Car ce que j'ai fait n'est pas un crime et fait partie de mon travail de médecin", a-t-elle dit.

Son arrestation fin octobre avait déclenché des manifestations à Istanbul.

Pour Amnesty International Turquie, "les poursuites et la condamnation de Sebnem Korur Fincanci (...) constituent clairement un abus de justice", indique l'organisation sur Twitter.

Avec Human Rights Watch et d'autres organisations de défense des droits humains, Amnesty avait réclamé à plusieurs reprises "l'acquittement et la libération immédiate" de Mme Fincanci.