PUBLICITÉ

Ukraine : le Canada fournira lui aussi des chars lourds

Cette photographie prise le 26 janvier 2023 montre une église à Bakhmut, dans la région de Donetsk, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine.
Cette photographie prise le 26 janvier 2023 montre une église à Bakhmut, dans la région de Donetsk, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. Tous droits réservés Anatolii Stepanov / AFP
Tous droits réservés Anatolii Stepanov / AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France, le Canada annonce qu'il fournira des blindés à l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Les Occidentaux continuent de répondre à l'appel du président ukrainien Zelensky.

Au lendemain des violentes attaques contre Kyiv, le Canada se joint à l'initiative et annonce qu'il fournira 4 chars Leopard 2 à l'Ukraine a annoncé la ministre de la Défense Anita Anand.

"Ces quatre chars sont prêts au combat et seront déployés dans les semaines à venir", a ajouté Mme Anand, précisant que le nombre de chars livrés pourrait "augmenter" à l'avenir.

L'Allemagne et le Royaume-Uni comptent livrer au printemps les premiers chars qu'ils ont promis.

Volodymyr Zelensky, selon lequel il s'agit d'une "étape importante pour la victoire finale", a remercié ses alliés. Mais il a relevé que "la clef" du succès était désormais "la vitesse et le volume" des livraisons, Kyiv demandant des centaines de blindés.

Le président ukrainien a aussi réclamé des avions de chasse et des missiles de longue portée, autant d'armes que les Occidentaux refusent jusqu'ici de fournir.

D'ores et déjà, le Kremlin considère que la livraison de chars est la preuve de l'"engagement direct dans le conflit" des Occidentaux. Et "nous voyons que (cet engagement) grandit", a relevé jeudi le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

La France fournira également des chars à l'Ukraine.

"Comme vous le savez, nous avons déjà livré de l'artillerie, des munitions et des véhicules de l'avant blindés, et annoncé début janvier que la France fournira des chars AMX-10" indique Catherine Colonna, ministre française des Affaires étrangères.

Des frappes russes ont visé la région d'Odessa, quelques heures avant la visite de la cheffe de la diplomatie française. Catherine Colonna a rencontré son homologue ukrainien dans cette ville récemment inscrite sur la liste du patrimoine mondial en péril de l'Unesco.

Les combats s'intensifient

Pour l'heure dans l'est, "les combats s'intensifient", a souligné mercredi soir la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Maliar.

Les forces russes y sont "en supériorité numérique", a-t-elle dit, citant la zone de Bakhmout, dont les troupes de Moscou tentent de s'emparer depuis plusieurs mois, mais aussi celle autour de Vougledar, une localité au sud-ouest de Donetsk.

Selon l'Institute for the Study of War, la Russie semble multiplier les offensives sur la ligne de front pour "disperser" les forces ukrainiennes afin de "créer les conditions d'une opération offensive décisive".

Dans une entrevue avec l'AFP à Kiev, le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés Filippo Grandi a par ailleurs averti que les Européens devaient se préparer à une probable nouvelle vague de déplacés ukrainiens fuyant les combats.

"Toute exacerbation de la guerre risque de provoquer de nouveaux déplacements, d'une manière ou d'une autre, et nous devons nous y préparer", a-t-il déclaré.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Quels sont les atouts du char Leopard 2, réclamé par l’Ukraine ?

Guerre en Ukraine : la défense aérienne reste la priorité

Pour faire face au manque de munitions, l'Ukraine investit dans la production locale