PUBLICITÉ

Tennis : Nick Kyrgios admet avoir agressé son ex-compagne, mais échappe à une condamnation

Nick Kyrgios est arrivé en béquilles dans le tribunal de la capitale australienne - 3 février 2023
Nick Kyrgios est arrivé en béquilles dans le tribunal de la capitale australienne - 3 février 2023 Tous droits réservés Mick Tsikas/AAP Image via AP
Tous droits réservés Mick Tsikas/AAP Image via AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La justice a prononcé ce vendredi un non-lieu pour l’Australien Nick Kyrgios accusé d’agression sur une ancienne compagne. Pourtant, le joueur de tennis avait plaidé coupable.

PUBLICITÉ

Le joueur de tennis australien Nick Kyrgios a échappé à une condamnation après avoir plaidé coupable vendredi d'avoir agressé son ex-compagne, ce qu'un tribunal de Canberra a qualifié d'"unique geste stupide". L'accusation d'agression qui visait le joueur de 27 ans a été rejetée par la cour.

Présent à l'audience, le finaliste de Wimbledon a admis avoir agressé son ex-compagne Chiara Passari le 10 janvier 2021, en la poussant au sol après une vive dispute.

Mme Passari a déposé plainte dix mois plus tard, après leur séparation, ont rapporté des avocats. Dans une déclaration lue à l'audience, Mme Passari dit avoir subi un grave traumatisme du fait de l'incident, une importante perte de poids, et être restée alitée nuit et jour, incapable de dormir ou de nouer de nouvelles relations amoureuses.

Les avocats du tennisman avaient auparavant indiqué que le finaliste de Wimbledon chercherait à obtenir un abandon des poursuites en raison de problèmes liés à sa santé mentale, expliquant qu'il s'agissait d'un incident isolé et ne correspondant pas à son tempérament.

Le psychologue Sam Borenstein a expliqué au tribunal que Kyrgios souffrait d'une dépression grave et récurrente, causant notamment des pensées autodestructrices, des insomnies, une agitation et un sentiment de culpabilité.

Selon M. Borenstein, la star du tennis a eu notamment recours à l'alcool pour faire face à la situation, mais fait désormais des progrès dans la gestion de sa santé mentale. "Au moment où nous parlons, sa santé mentale s'est améliorée de manière significative", a déclaré le psychologue.

Kyrgios a publié un communiqué dans lequel il écrit qu'il n'était "pas dans une bonne période" à l'époque, et qu'il avait "réagi à une difficile situation d'une manière que je regrette profondément".

"Je sais que ça n'était pas OK et je suis sincèrement désolé pour le mal que j'ai causé", ajoute-t-il.

La juge Beth Campbell a finalement prononcé un non-lieu, déclarant que Kyrgios avait mal agi mais que l'infraction n'avait pas été planifiée ou préméditée et qu'il s'agissait d'un "unique geste stupide" commis par un jeune homme tentant de se sortir d'une situation tendue.

Kyrgios aurait poussé son ex-compagne au moment où cette dernière l'empêchait de quitter son appartement de Canberra.

Santé mentale

Nick Kyrgios est arrivé en béquilles dans le tribunal de la capitale australienne, victime d'une blessure au genou l'ayant contraint à déclarer forfait à l'Open d'Australie de janvier.

Il était accompagné de sa compagne Costeen Hatzi, décoratrice d'intérieur, et de sa mère Norlaila.

Le joueur, actuellement N.20 mondial, ne s'est pas exprimé auprès des journalistes alors qu'il se dirigeait vers le tribunal.

Né à Canberra, l'Australien de 27 ans, connu pour son jeu spectaculaire et ses accès de colère sur les courts, a fait état publiquement de son combat contre la dépression et les répercussions de sa célébrité mondiale.

En octobre 2022, alors que Kyrgios prenait part au tournoi du Japon, l'audience avait été reportée pour permettre une évaluation de sa santé mentale.

"Il n'y a que peu de choses que je peux contrôler et je prends toutes les mesures nécessaires pour y faire face en dehors du court", avait alors dit l'Australien depuis Tokyo.

En 2014, Kyrgios, alors un parfait inconnu de 19 ans, avait stupéfié le monde du tennis en battant Rafael Nadal, alors N.1 mondial, pour atteindre les quarts de finale de Wimbledon.

L'enfant terrible du tennis australien s'est façonné l'image d'un joueur colérique et clivant, qui collectionne les amendes, et est souvent accusé de ne pas jouer en utilisant tout son potentiel. Il a toutefois atteint en 2022 la finale de Wimbledon, sa première de Grand Chelem, avant de s'incliner devant Novak Djokovic.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nick Kyrgios, le coup de sang de trop

Open d'Australie : l'Italien Jannik Sinner remporte son premier titre du Grand Chelem

Le règne des sports de raquette au Qatar, du tennis au padel