EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Ballon chinois : un épisode aggravant les relations entre Washington et Pékin

Ballon chinois abattu par l'armée américaine
Ballon chinois abattu par l'armée américaine Tous droits réservés Chad Fish/Chad Fish
Tous droits réservés Chad Fish/Chad Fish
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Washington avait tout à fait le droit d'abattre le ballon chinois d'après Donald Rothwell, professeur de droit international.

PUBLICITÉ

L'affaire des ballons espions, à l'origine d'une nouvelle crise diplomatique entre Pékin et Washington, n'enfinit plus de susciter des réactions. Des millions de téléspectateurs ont pu assisté samedi à la destruction de l'engin chinois par l'armée américaine. Si Pékin juge cette réaction disproportionnée, les États-Unis avaient le droit d'abattre ce ballon selon Donald Rothwell, professeur de droit international.

"Les États-Unis jouissent d'une souveraineté complète et absolue sur l'espace aérien au-dessus de la zone continentale américaine et sur leurs eaux territoriales environnantes" indique Donald Rothwell, professeur à la Australian National University.

"Donc la présence du ballon de surveillance chinois a violé la souveraineté américaine et est donc contraire au droit international" précise-t-il.

Le Pentagone affirme que le ballon, qui transportait des capteurs et des équipements de surveillance, était contrôlable et pouvait modifier son itinéraire. Une vision contraire à celle de la Chine, qui prétend que l'engin, dont la trajectoire aurait accidentellement dévié, était uniquement destiné à collecter des données météorologiques.

Washington a également affirmé que le ballon chinois avait survolé des zones sensibles de stockage d'ogives nucléaires.

Dans une déclaration officielle, le ministère chinois des Affaires étrangères a critiqué "une réaction excessive évidente et une violation grave des pratiques internationales" de la part de Washington, en ajoutant qu'il "se réservait le droit" de répliquer.

Cet événement est "notable" d'après Natasha Lindstaedt, experte des relations USA-Chine. "Les deux gouvernements se regardent vraiment avec une suspicion totale. Ils s'espionnent mutuellement" précise-t-elle. 

"Cette affaire a suscité un remue-ménage, car c'était osé" de la par de la Chine. Et parce que "le public a pu voir tout ceci, clairement". L'incident a conduit le secrétaire d'Etat américain à reporter son voyage prévu le week-end dernier à Pékin.

Selon le Pentagone, des ballons chinois avaient déjà transité par le territoire continental américain au moins trois fois sous l'administration de Donald Trump et déjà une fois sous celle de Joe Biden.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ballons ? OVNI ? Décryptage des objets volants dans la stratosphère

Engins volants : Pékin accuse à son tour Washington

Hunter Biden, fils du président américain, reconnu coupable de détention illégale d'arme à feu