Engins volants : Pékin accuse à son tour Washington

Pékin accuse Washington d'envoyer des objets volants au-dessus de son territoire.
Pékin accuse Washington d'envoyer des objets volants au-dessus de son territoire. Tous droits réservés Liu Zheng/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Chine estime que depuis l'année dernière, au moins dix engins volants venant des États-Unis ont survolé son territoire sans autorisation.

PUBLICITÉ

Après avoir abattu quatre engins volants en moins de deux semaines, dont un ballon chinois accusé de faire de l'espionnage, Washington est à son tour dans le viseur de Pékin. Selon le porte-parole chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, depuis l'année dernière, plus de dix engins américains auraient survolé son pays. "Les États-Unis feraient mieux de réfléchir sur eux-mêmes et de changer de cap, plutôt que calomnier et de créer la confrontation". 

Washington dément les accusations de Pékin

Les États-Unis démentent avoir espionné la Chine : "Toute affirmation selon laquelle le gouvernement américain utilise des ballons espions au-dessus de la Chine est fausse" assure la Maison Blanche. La Chine tente selon elle de "limiter les dégâts" après avoir "violé la souveraineté de plus de 40 pays" avec des ballons espions.

La porte-parole du Conseil National de Sécurité américain critique les affirmations de Pékin.

Après avoir découvert puis abattu un ballon chinois, le 4 février 2023, les États-Unis ont annulé la visite à Pékin du Secrétaire d'État américain Antony Blinken, dont beaucoup espéraient pourtant qu'elle permettrait de freiner la dégradation des relations entre les deux pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ballon chinois : un épisode aggravant les relations entre Washington et Pékin

Washington abat le ballon chinois qui survolait depuis plusieurs jours les Etats-Unis

Olaf Scholz en Chine pour des discussions délicates sur le commerce