Des troupes ukrainiennes se forment au pilotage des chars Leopard 2 en Pologne

Un soldat polonais s'adresse à la presse à une base d'entrainement à Swietoszow, en Pologne.
Un soldat polonais s'adresse à la presse à une base d'entrainement à Swietoszow, en Pologne. Tous droits réservés Michal Dyjuk/ AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En anticipation d'une nouvelle offensive de la Russie, des troupes ukrainiennes se forment au pilotage des chars Leopard 2 en Pologne.

PUBLICITÉ

Alors que l'Ukraine se prépare à une nouvelle offensive de la Russie, certaines troupes de Kyiv participent à des séances de formation au pilotage des chars Leopard 2 en Pologne. Cela fait partie de l'assistance militaire de l'Union européenne à l'Ukraine.

L’entraînement s’est fait en présence du président polonais Andrzej Duda. Varsovie fait partie des soutiens les plus actifs de l'Ukraine voisine et a poussé les nations européennes à fournir ces chars.

D'impressionnantes images de destruction à Donetsk

Des images satellites permettent de rendre compte de la destruction de la région de Donetsk où les troupes du Kremlin sont actuellement engagées dans d'intenses combats.

Des "unités d'assaut volontaire" à Bakhmout

Moscou va probablement tenter de sécuriser les territoires du sud et de l’est de l’Ukraine, illégalement annexé par la Russie depuis fin septembre.

La Russie affirme également avoir pris le village de Krasna Hora, près de Bakhmout. Elle mentionne l'utilisation d' "unités d'assaut volontaires". C’est un aveu rare de la part de l'armée russe de l'implication de combattants du groupe paramilitaire Wagner.

Des médecins bénévoles viennent en aide aux habitants de Kherson

PTRTP / Eurovision
Bogda Avramenko, médecin bénévole à Kherson explique les objectifs de son groupe : s'occuper des survivants des territoires occupés, libérés et sur les lignes de front.PTRTP / Eurovision

Dans la ville de Kherson, autrefois sous contrôle russe, des médecins bénévoles apportent une aide précieuse.

Alors que les bombardements se poursuivent, les habitants se risquent à sortir des abris pour se faire soigner de maladies chroniques, négligées sous l'occupation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'OTAN inquiète de ses stocks de munition

Première visite de Donald Tusk à Kyiv

L'Allemagne demande à l'UE de fournir plus d'aide militaire à l'Ukraine