Guerre en Ukraine : le paradoxe diplomatique

Archive : le président ukrainien aux côtés du président du Conseil européen
Archive : le président ukrainien aux côtés du président du Conseil européen Tous droits réservés LUDOVIC MARIN/AFP
Par Alberto De Filippis
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Un an de guerre en Ukraine : le paradoxe diplomatique. Les diplomates se démènent pour trouver une issue, sans effet pour l'instant.

PUBLICITÉ

Un an après le début de l'invasion russe en Ukraine, les efforts pour trouver une solution diplomatique semblent s'être arrêtés. 

"Nous sommes confrontés à un paradoxe auquel nous n'étions pas préparés", a déclaré Judy Dempsey, analyste principale chez Carnegie Europe, à Euronews. "Moscou et Kiev ne se parlent pas, mais la Russie et l'Ukraine n'ont jamais été aussi actives sur le plan diplomatique. Le ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, est en Afrique pour renforcer les relations et étendre l'influence russe sur des pays riches en ressources comme les terres rares. Volodymir Zelenskyy, quant à lui, a entamé sa énième tournée diplomatique des capitales européennes après son passage à Washington. On dirait presque que le conflit russo-ukrainien sert à clarifier les zones d'influence au niveau mondial, à dessiner ce que pourrait être le monde de demain".

Des erreurs diplomatiques

"Certaines erreurs ont certainement été commises du côté ukrainien au début du conflit", a déclaré Jaroslava Barbieri, professeur à l'université de Birmingham, "notamment lors des réunions à Istanbul, lorsque le gouvernement de Kiev a rechigné à faire partie de l'OTAN. Cependant, les choses ont évolué par la suite, après les massacres de Boutcha, l'opinion publique ukrainienne s'est unie derrière son propre exécutif."

Des erreurs ont été commises des deux côtés, a déclaré à Euronews François Gere, président de l'Institut français d'analyse stratégique à Paris. "Personne ne s'attendait à ce que la Russie monte réellement une opération de cette ampleur pour tenter de prendre Kyiv. Je suis assez sceptique quant à une réponse diplomatique. L'Europe est encore trop divisée et trop faible politiquement, la France avec le président Emmanuel Macron a essayé de convaincre le président Poutine de discuter, mais sans succès. Le comportement de l'OTAN a parfois été peu clair et de plus Moscou voit l'Alliance atlantique comme des écrans de fumée. Et même l'ONU ne peut rien faire en raison de la mise en place du Conseil de sécurité qui comprend la Russie et la Chine, alliées et disposant d'un droit de veto. Je ne pense pas qu'à ce stade, il y ait la moindre lueur diplomatique."

La balle dans le camp de Poutine

Les attaques de Poutine contre Kyiv et les bombardements de villes comme Lviv, à l'extrême ouest de l'Ukraine, ont poussé beaucoup de gens à ne plus croire la déclaration initiale du Kremlin de vouloir libérer les régions russophones de l'est de l'Ukraine. "Discuter diplomatiquement avec le président russe est devenu difficile car personne n'a vraiment compris ce que veut Poutine", poursuit Judy Dempsey, "depuis le début du conflit, il a changé ses demandes trop souvent et maintenant les chancelleries internationales, du moins à l'Ouest, ne croient plus à la bonne foi du leader russe."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Volodymyr Zelensky dévoile les pertes humaines ukrainiennes, 31 000 soldats auraient été tués

No Comment : quatre dirigeants occidentaux se sont rendus en Ukraine

Quatre dirigeants occidentaux étaient à Kyiv ce samedi