Les ministres de l'Énergie de l'UE évoquent l'avenir du marché de l'électricité

Deuxième en partant de la gauche, la ministre suédoise de l'Energie Ebba Busch.
Deuxième en partant de la gauche, la ministre suédoise de l'Energie Ebba Busch. Tous droits réservés Claudio Bresciani/Claudio Bresciani/TT
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ministres de l’Énergie de l’Union européenne se sont retrouvés à Stockholm, alors que la Commission doit prochainement proposer des pistes pour éviter d’autres flambées des prix.

PUBLICITÉ

Les ministres de l’énergie de l’Union européenne se sont retrouvés à Stockholm, ce lundi, pour évoquer l’avenir du marché de l’électricité en Europe.

Alors que la Commission doit prochainement proposer des pistes pour éviter d’autres flambées des prix, les Vingt-Sept sont divisés sur le moyens à mettre en place.

Certains plaident pour une réforme structurelle, d’autres penchent plutôt sur des ajustements ciblés.

Mais tous s’accordent sur la nécessité de produire davantage d'électricité à partir d’énergies renouvelables. Et cela demande d’importants investissements.

"De nombreux ministres ont souligné la nécessité de disposer d'une électricité non fossile plus abondante et bon marché pour assurer la compétitivité industrielle, a déclaré la ministre suédoise de l'Énergie Ebba Busch. Nous semblons d'accord pour dire que nous avons besoin de toutes les solutions et de laisser les mécanismes du marché développer les alternatives les plus rentables."

"J'aimerais rappeler à tous que nous aurons besoin d'investissements importants pour passer de l'ambition à la réalité, a quant à elle rappelé la Commissaire européenne aux Transports Adina Vălean. Notre évaluation avant le green deal a montré que les besoins d'investissement pour les véhicules et les infrastructures nécessaires à une mobilité à faible émission de carbone s'élevaient à environ 130 milliards d'euros par an."

Autres sujets évoqués : la sécurité de l’approvisionnement et le développement de l’énergie nucléaire au même titre que les énergies renouvelables, comme le souhaite notamment la France.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Energie : comment parvenir à un véritable développement durable ?

Sur long terme, l'Europe compte sur le gaz azerbaïdjanais

La valeur réelle de la PAC "a baissé de 30 % en raison de l'inflation"