EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Nucléaire iranien : les stocks d’uranium enrichi dépassent de 18 fois la limite autorisée

Un étudiant regarde les centrifugeuses fabriquées par l'Iran dans une exposition sur les réalisations nucléaires du pays, à Téhéran, en Iran
Un étudiant regarde les centrifugeuses fabriquées par l'Iran dans une exposition sur les réalisations nucléaires du pays, à Téhéran, en Iran Tous droits réservés AP Photo/Vahid Salemi
Tous droits réservés AP Photo/Vahid Salemi
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a demandé des “clarifications” à Téhéran après la découverte de particules d’uranium enrichi à près de 84 %, frisant le seuil permettant de fabriquer une bombe atomique.

PUBLICITÉ

Téhéran continue à violer les accords internationaux. Selon le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique, l'Iran a augmenté ses stocks d’uranium enrichi. Certains d'entres eux contiendraient des particules enrichies à 83,7%, soit juste en deçà des 90 % nécessaires pour produire une bombe atomique.

Le chef du département iranien de l'énergie atomiqueMohammad Eslami, explique qu'il s'agit d'"une fluctuation involontaire": "cette__particule à 84% provient d'un échantillon prélevé à côté d'une vanne. C'est une particule presque invisible, même au microscope. Ce qui compte, c'est le produit qui est stocké après la production. Les inspecteurs ont examiné le niveau d'enrichissement du matériel traité et ont réalisé qu'il ne dépassait pas les 60 %."

Le combustible en question a été découvert dans l'usine souterraine de Fordo, au sud de Téhéran, et pèse plus de 87 kilos. L'Agence nucléaire de l'ONU tente de faire la lumière sur cette question, et s'est également plainte de la déconnexion de dizaines de caméras de surveillance, qui limitent son travail d'inspections.

Ces informations surviennent alors que les négociations afin de ranimer l’accord conclu en 2015 pour limiter les activités atomiques de l’Iran en échange d’une levée des sanctions internationales sont au point mort.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Huit ans après, que reste-t-il de l'accord passé entre l'Occident et l'Iran sur le nucléaire ?

Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine va déployer des armes nucléaires "tactiques" au Bélarus

Le dixième paquet de sanctions de l'UE contre Moscou visera aussi des "opérateurs iraniens"