EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Malgré l'offensive russe, les Ukrainiens veulent se battre jusqu'au bout à Bakhmut

Un soldat ukrainien sur la ligne de front à Bakhmut, le 6 mars
Un soldat ukrainien sur la ligne de front à Bakhmut, le 6 mars Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par euronews et AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Malgré les lourdes pertes humaines face à l'offensive russe à Bakhmut, le président Volodymyr Zelensky a finalement ordonné lundi le renforcement de la défense ukrainienne sur le terrain.

PUBLICITÉ

Tenir coûte que coûte jusqu'à la victoire à Bakhmut ? Alors qu'il avait laissé entendre qu'un retrait des forces ukrainiennes était envisageable face l'enfer des combats, le président Volodymyr Zelensky a finalement ordonné lundi de renforcer la défense de la ville, épicentre des combats dans l'est du pays.

Le président ukrainien s'en est remis à l'avis de ses généraux. Des responsables ukrainiens ont affirmé que la défense de Bakhmout avait d'ores et déjà constitué un "succès stratégique" en mobilisant et affaiblissant les forces offensives russes, qui y ont subi de très lourdes pertes sans gagner d'avantage décisif.

"J'ai dit à l'état-major de trouver les forces appropriées pour aider les gars à Bakhmout", a déclaré M. Zelensky dans son message vidéo quotidien lundi soir, réaffirmant "qu'aucune partie de l'Ukraine ne peut être abandonnée" à la Russie.

Alors que les rumeurs d'un retrait tactique allaient bon train depuis une semaine, la présidence ukrainienne avait auparavant indiqué que les commandants en chef des forces armées s'étaient "prononcés en faveur de la poursuite de l'opération défensive et d'un renforcement de (leurs) positions à Bakhmout", lors d'une réunion avec le chef de l'Etat.

Ville de quelque 70 000 habitants avant la guerre, Bakhmout est devenue, du fait de la longueur de la bataille et des lourdes pertes subies par les deux camps, le symbole de la lutte entre Russes et Ukrainiens pour le contrôle de la région industrielle du Donbass.

Les troupes russes ont progressé ces dernières semaines au nord et au sud de la ville, coupant trois des quatre routes d'approvisionnement ukrainiennes et ne laissant plus que celle menant plus à l'ouest vers Tchassiv Iar comme voie de sortie.

Combats de grande intensité

Près de Tchassiv Iar, assis à l'intérieur de son véhicule de combat BMP-2, le visage marqué par la fatigue, un soldat ukrainien a raconté à l'AFP qu'il venait de passer un mois à Bakhmout et devait faire des réparations sur son blindé.

"Bakhmout va tomber. On est presque encerclé. Les unités se retirent progressivement par petits groupes", lâche le militaire qui a voulu conserver l'anonymat.

Il souligne que l'unique chemin pour quitter Bakhmout passe sur des pistes en terre, et si des blindés s'embourbent, "ils sont la cible des tirs d'artillerie" russes.

L'armée ukrainienne se battra pour (Bakhmout) jusqu'à la fin
Evguéni Prigojine
Patron du groupe paramilitaire Wagner

Selon le service de presse de l'armée ukrainienne, le commandant des forces terrestres Oleksandre Syrsky s'est rendu dimanche à Bakhmout et y a constaté des combats d'une grande intensité.

"Nos soldats défendent courageusement leurs positions au nord de Bakhmout, essayant d'empêcher l'encerclement de la ville", a-t-il dit, cité par le service de presse sur Telegram.

Mais malgré la menace d'un encerclement et l'importance stratégique limitée de la ville, les Ukrainiens continuent de défendre avec acharnement Bakhmout, où le président Zelensky s'était rendu en décembre et qu'il avait juré de tenir "aussi longtemps que possible".

Alors que certains analystes s'interrogent sur l'intérêt pour les Ukrainiens de s'accrocher à cette ville aujourd'hui dévastée, l'Institut américain de l'Etude de la guerre (ISW) a estimé dans une note que la défense de Bakhmout restait en fait "stratégiquement sensée", car elle "continue d'épuiser les effectifs et les équipements russes".

Une contre-offensive en préparation

Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence ukrainienne, n'a pas dit autre chose lundi soir, déclarant à l'AFP qu'il y avait "un consensus parmi les militaires sur la nécessité de continuer à défendre la ville et à épuiser les forces ennemies, tout en construisant de nouvelles lignes de défense en parallèle au cas où la situation changerait".

Selon lui, "la défense de Bakhmout a atteint ses objectifs" en épuisant les forces russes donnant du temps à l'armée ukrainienne pour former "des dizaines de milliers de soldats pour préparer une contre-offensive".

PUBLICITÉ

Un haut responsable ukrainien, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a été plus loin : "Compte tenu des positions actuelles de nos défenseurs près de Bakhmout, il est impossible d'assiéger la ville", a-t-il affirmé.

Et de fait, côté russe, Evguéni Prigojine, le patron du groupe paramilitaire Wagner qui est en première ligne dans cette bataille, a dit "tirer la sonnette d'alarme", dans un message vidéo.

"L'armée ukrainienne se battra pour (Bakhmout) jusqu'à la fin", a-t-il averti.

Il a reproché, pour la deuxième fois en moins de deux semaines, à l'armée russe de ne pas envoyer suffisamment de munitions à ses mercenaires.

PUBLICITÉ

Dans la nuit de dimanche à lundi, l'armée de l'air ukrainienne a indiqué avoir abattu 13 drones explosifs de fabrication iranienne sur 15 lancés par la Russie. Elle n'a pas fait état de pertes humaines ou de dégâts matériels.

Enfin, le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a réclamé lundi une enquête de la Cour pénale internationale (CPI) après la diffusion d'une vidéo censée montrer un prisonnier de guerre ukrainien exécuté par des soldats russes après avoir crié "Slava Ukraïni!" (Gloire à l'Ukraine).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La guerre en cartes l Kyiv s'engage à défendre Bakhmut coûte que coûte

L'Ukraine lutte pour réparer ses centrales électriques endommagées

La nuit dernière, des attaques de drones russes en Ukraine ont fait six morts et 16 blessés