Trois ans après le début de la pandémie, les taux de surmortalité continuent d'être élevés en Europe

Euronews
Euronews Tous droits réservés AP Photo
Par Mario Bowden
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Trois ans après le début de la pandémie, les taux de surmortalité continuent d'être élevés en Europe.

PUBLICITÉ

Le 11 mars 2020, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré l'épidémie de COVID-19 pandémie mondiale. La propagation du virus a entraîné des changements sans précédent dans le monde entier, les gouvernements et les autorités sanitaires s'efforçant d'enrayer la propagation du virus.

"Dans les jours et les semaines à venir, nous nous attendons à ce que le nombre de cas, le nombre de décès et le nombre de pays touchés augmentent encore", déclarait Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, lorsqu'il a fait cette annonce il y a trois ans.

Trois ans plus tard, les statistiques montrent que les décès causés par le COVID-19 ou liés à celui-ci ont considérablement augmenté le taux de surmortalité dans le monde. Selon l'université Johns Hopkins, plus de 6,8 millions de décès sont directement imputables au COVID-19. Mais aujourd'hui, grâce à la vaccination et à des mutations plus faibles, la menace a été étouffée.

Pourtant, les taux de surmortalité en Europe ont fortement augmenté ces derniers mois. Nous allons voir pourquoi.

- Qu'est-ce que la surmortalité ?

La surmortalité est le nombre de décès qui surviennent au-delà de ce qui est attendu au cours d'une période donnée. Elle est mesurée en comparant le nombre de décès survenus au cours d'une période donnée (une année, par exemple) au nombre moyen de décès survenus au cours de la même période au cours des années précédentes.

"La mortalité reste plutôt stable au fil des ans, sauf si quelque chose se produit", a déclaré à Euronews le Dr Quique Bassat, expert en maladies infectieuses à l'ISGLOBAL. Les écarts par rapport à la mortalité attendue sont très utiles, car ils constituent des signaux d'alarme indiquant que quelque chose est en train de se passer.

Selon l'analyse menée par Eurostat, les taux de surmortalité dans l'ensemble de l'Union européenne ont augmenté de 19 % en décembre 2022, par rapport au nombre moyen de décès au cours de la même période entre 2016 et 2019.

Qu'est-ce que cela signifie en chiffres ? Selon EuroMOMO, plus de 101 000 décès ont été enregistrés en décembre 2022, contre 109 000 en 2020, lorsque le SRAS-COV-2 était en forte circulation en Europe.

Mais tous les décès ne sont dus au COVID-19. Les problèmes de santé sous-jacents exacerbent les maladies préexistantes, qu'elles soient cardiovasculaires ou respiratoires.

Le taux de surmortalité varie d'un État membre à l'autre. En fait, en décembre 2022, les pays d'Europe de l'Est, tels que la Bulgarie et la Roumanie, ont enregistré des taux bien inférieurs à la moyenne de l'UE, avec respectivement -6 % et -5,5 %.

En revanche, des pays comme l'Allemagne, la France, l'Autriche et l'Irlande ont tous dépassé la moyenne de décembre 2022. L'Allemagne a enregistré une augmentation stupéfiante de 37,3 % de la surmortalité pour ce mois.

"Il est possible que la population soit aujourd'hui moins immunisée contre la grippe qu'avant la mise en place du programme COVID-19, car très peu de personnes ont contracté la grippe au cours des deux dernières années en raison de la distanciation sociale et du port de masques", explique Dmitry Kobak, assistant de recherche à l'université de Tübingen.

- Des services de santé surchargés (avant la pandémie)

D'autres facteurs peuvent également contribuer à l'augmentation des taux de surmortalité en Europe. La pandémie a par exemple perturbé les systèmes de soins de santé, rendant plus difficile l'accès aux soins médicaux pour d'autres pathologies. Cela peut avoir entraîné une augmentation du nombre de décès dus à des causes non liées au COVID, telles que les maladies cardiaques ou le cancer.

"Les systèmes de santé tentent de rattraper les diagnostics manqués et les traitements retardés causés par la pandémie, en particulier lorsque les systèmes de santé étaient débordés ou simplement en sous-effectif. Cela ajoute beaucoup à la pression actuelle sur les systèmes de santé", selon le Dr Jeffery Lazarus, responsable du groupe de recherche sur les systèmes de santé à ISGlobal.

Ce qui est clair, c'est que le poids de la pandémie sur les systèmes de santé nationaux a mis en évidence les tensions préexistantes qui pèsent sur les hôpitaux et les travailleurs de la santé. Nombre d'entre eux affirment qu'ils sont toujours en difficulté.

- Vagues de chaleur

Les conditions médicales ne sont pas le seul facteur en cause. Le climat commence à jouer un rôle plus important dans la santé des gens. Par exemple, les vagues de chaleur historiques qui ont secoué l'Europe au cours de l'été 2022 a non seulement entraîné des sécheresses, mais aussi des décès.

Selon l'OMS, plus de 15 000 personnes sont mortes à cause de la chaleur en Europe.

"Les personnes les plus vulnérables aux vagues de chaleur sont généralement les travailleurs en extérieur, comme ceux de l'agriculture et de la construction, ainsi que les personnes les plus âgées de la société, qui sont déjà souvent en mauvaise santé", a déclaré à Euronews le Dr Jeffery Lazarus, du groupe de recherche sur les systèmes de santé d'ISGlobal.

PUBLICITÉ

Les différents extrêmes climatiques de l'été 2022 ont touché les groupes les plus vulnérables, comme les personnes âgées, en raison du stress thermique, des problèmes respiratoires dus à la pollution de l'air et des maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires sous-jacentes.

- Que peuvent faire les gouvernements pour prévenir de futures pandémies ?

L'augmentation des taux de surmortalité en Europe est donc due à un certain nombre de facteurs.

Alors que nous commençons à réfléchir à une ère post-pandémique, les gouvernements sont parfaitement conscients que notre santé et notre liberté ne doivent pas être considérées comme acquises. Mais que peut-on faire ?

"Les gouvernements doivent être proactifs et non réactifs". déclare le Dr Lazarus. "Ils doivent appliquer des mesures de contrôle fondées sur des données probantes, comme l'amélioration de la qualité de l'air intérieur et la promotion du rappel du vaccin COVID-19. Au lieu de cela, ils tentent de tourner la page de la pandémie, avec pour résultat que des millions d'Européens sont malades du COVID-19 ou du COVID long".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Autriche : trois touristes sont morts dans une avalanche

Turquie : un incendie dans une boîte de nuit à Istanbul à fait au moins 29 morts

Brésil : Jair Bolsonaro accusé d'avoir bénéficié d'un "faux" certificat de vaccin anti-Covid