EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Macron favorable à une restriction sur les réseaux sociaux pour les moins de 15 ans

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours sur l'Europe dans l'amphithéâtre de l'université de la Sorbonne, le jeudi 25 avril à Paris. 2024.
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours sur l'Europe dans l'amphithéâtre de l'université de la Sorbonne, le jeudi 25 avril à Paris. 2024. Tous droits réservés Christophe Petit Tesson/AP
Tous droits réservés Christophe Petit Tesson/AP
Par Oceane Duboust
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les réglementations de l'UE stipulent actuellement que les adolescents doivent avoir 16 ans pour que leurs données soient traitées, mais les États membres peuvent décider d'abaisser cette limite d'âge.

PUBLICITÉ

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dans un discours prononcé cette semaine qu'il souhaitait voir l'Europe créer une "majorité numérique" de 15, ce qui signifie qu'avant cet âge, les parents contrôleraient l'accès à leur espace numérique.

La France a promulgué une loi en juillet 2023 qui oblige déjà les fournisseurs de services de réseaux sociaux en ligne opérant en France à refuser les enfants de moins de 15 ans sauf autorisation expresse de l'un de leurs parents ou tuteurs.

Le non-respect de cette obligation peut entraîner une amende pouvant aller jusqu'à 1 % de ses ventes mondiales pour la plateforme sociale.

"Est-ce que quelqu'un envoie son enfant dans la jungle à 5, 10 ou 12 ans ?", a demandé le président français dans son discours de jeudi à la Sorbonne.

"Aujourd'hui, plusieurs heures par jour, nous ouvrons la porte à la jungle", a-t-il ajouté, évoquant le cyberharcèlement, les contenus pornographiques, la pédo-criminalité et le manque de modération sur les plateformes numériques.

Comme les enfants et les adolescents accèdent à la technologie à un plus jeune âge, des inquiétudes ont été exprimées concernant les sites Web et les plateformes auxquels ils peuvent accéder. De nombreuses plateformes de réseaux sociaux exigent que les enfants aient au moins 13 ans pour créer un compte.

Les réglementations européennes en matière de données exigent actuellement qu'un adolescent ait 16 ans pour que ses données personnelles soient traitées, sauf si son parent ou son tuteur donne son consentement, mais cet âge peut être abaissé à 13 ans par les États de l'UE.

Thomas Rohmer, président et fondateur de l'Observatoire français de la parentalité et de l'éducation numérique, a toutefois déclaré à Euronews Next qu'environ 19 % des enfants âgés de 7 à 10 ans ont déclaré utiliser TikTok. Il pourrait donc s'avérer difficile de changer cette tendance.

Mais Thomas Rohmer affirme qu'il ne "croit pas aux restrictions, mais plutôt à la réglementation et à l'éducation", soulignant que derrière Internet et les réseaux sociaux se trouvent des humains, alors lorsqu'il y a des problèmes tels que le harcèlement, ce sont les gens qui les soutiennent.

Mise en œuvre difficile

Plusieurs pays ont fait pression pour un accès plus contrôlé à certains sites Web et plateformes, par exemple les sites pornographiques, lorsqu'il s'agit d'utilisateurs mineurs.

Cependant, la mise en œuvre de telles mesures présente des défis importants.

L'une des options possibles incluait les sites Web demandant un identifiant aux utilisateurs, mais l'autorité française chargée des données (Cnil) a opposé son veto à cette solution en raison du risque pour la confidentialité. L'analyse faciale a également fait l'objet d'un veto pour les mêmes raisons.

Une autre solution consiste à utiliser un vérificateur tiers lors d'un processus de vérification de l'âge.

"Ce défi technique n'a pas été résolu", nous a déclaré Thomas Rohmer. Pour le moment, aucun décret d'application de la loi française n'a été publié.

"Il y a aussi la question de savoir ce que nous sommes censés faire en ce qui concerne les enfants et les adolescents qui ont déjà un profil sur les réseaux sociaux", a-t-il ajouté.

Le problème étant dans une impasse en France, il semble peu probable que des restrictions supplémentaires relatives à l'ère numérique soient mises en œuvre prochainement à l'échelle européenne.

"Même si nous trouvons une solution technique, vous devez vous rappeler que vous ne pouvez pas contraindre les utilisateurs. Si une solution est rejetée par une écrasante majorité des utilisateurs, ils risquent de se détourner des plateformes qui l'imposent et de passer à d'autres", a conclu l'expert.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE va-t-elle scanner toutes vos images en ligne pour lutter contre les abus sexuels sur les enfants ?

L'OTAN va investir un milliard d'euros dans les technologies de défense innovantes

Exclusif : La Commission européenne donner aux géants de la Tech des lignes directrices sur la protection des mineurs dans le cadre du DSA