The cube : des migrants subsahariens pris pour cible en Tunisie

Sophia Khatsenkova, euronews
Sophia Khatsenkova, euronews Tous droits réservés Image euronews
Par Sophia Khatsenkova(Traduit de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les récents propos du président tunisien sur le "complot" migratoire dont son pays serait victime ont délié les langues.

PUBLICITÉ

Face aux attaques et à la discrimination, des migrants d'Afrique subsaharienne ont fui la Tunisie, quelques semaines seulement après les commentaires controversés du président Kais Saied.

Le président tunisien a déclaré que l'immigration était une "conspiration" visant à changer l'identité du pays. Il nie avoir tenu des propos racistes.

Depuis lors, les discours haineux et la désinformation ont proliféré sur les médias sociaux

Par exemple, des médias et des comptes de médias sociaux ont affirmé qu'il y avait plus de 700 000 migrants d'Afrique subsaharienne dans le pays.

Or, selon l'Institut tunisien des statistiques sur les migrations, ce chiffre est bien inférieur. Sur environ 58 000 immigrants, environ 21 000 sont originaires d'Afrique subsaharienne.

En outre, des messages sur les médias sociaux attaquant les migrants se sont répandus sur des pages et des groupes de médias sociaux marocains et égyptiens.

Les utilisateurs des médias sociaux ont commencé à appeler à la préservation de l'identité marocaine. Dans une vidéo, par exemple, des utilisateurs de médias sociaux ont critiqué les Marocaines qui épousent des Africains subsahariens. Des messages similaires ont été publiés en Égypte, faisant écho à la crainte que les immigrants ne modifient le profil démographique du pays.

Cette situation a poussé les citoyens noirs tunisiens à dénoncer le harcèlement et la violence dont ils sont victimes dans la rue, beaucoup affirmant qu'ils ont été pris pour des sans-papiers et agressés physiquement ou verbalement.

En réponse, une campagne a été lancée sur les réseaux sociaux, avec des personnes posant avec leur carte d'identité tunisienne et le hashtag "mes papiers sur moi, au cas où".

Cela a provoqué la colère dans certains pays d'Afrique subsaharienne, des habitants ont appelé à des mesures de rétorsion à l'encontre des Tunisiens.

Une autre vidéo a ainsi prétendu montrer un citoyen tunisien arrêté et expulsé de Guinée. 

Mais après avoir effectué une recherche inversée d'images, nous avons découvert que cette vidéo date d'avril 2022. Et l'homme arrêté est originaire d'Espagne, et non de Tunisie. Cela n'a donc rien à voir avec le sentiment anti-noir en Tunisie.

Entre-temps, la Banque mondiale a interrompu les discussions sur son engagement futur avec la Tunisie, tandis que l'Union européenne a mis en garde le pays contre les discours de haine visant les personnes fuyant les conflits et la pauvreté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Francophonie réunie en Tunisie pour renforcer son rôle international

En Grèce, le harcèlement scolaire est en hausse

Impact des réseaux sociaux sur les jeunes : les patrons des plateformes sur le gril