Guerre en Ukraine : la situation au 22 mars 2023, cartes à l'appui

Sasha Vakulina, euronews
Sasha Vakulina, euronews Tous droits réservés euronews
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministère britannique de la Défense estime que le groupe Wagner pourrait perdre la plus grande partie de sa force de détenus dans les semaines à venir, les condamnés terminant leur contrat militaire de six mois.

PUBLICITÉ

Les services de renseignement militaire britannique ont déclaré qu'il était possible que l'assaut russe sur la ville de Bakhmout soit en train de perdre le peu d'élan qu'il avait obtenu. Cela pourrait être dû au fait que certaines unités du ministère russe de la Défense aient été réaffectées à d'autres secteurs.

Selon l'Institut pour l'étude de la guerre, les forces russes n'ont pas réalisé de gains confirmés à l'intérieur ou autour de Bakhmout au cours des derniers jours. L'état-major ukrainien a précisé que ses forces avaient repoussé les assauts russes dans le nord de Bakhmout, ce qui laisse supposer que les soldates russes concentrent leurs opérations offensives sur la partie nord de la ville.

Les blogueurs militaires russes affirment également que les combattants du groupe Wagner ont poursuivi leurs assauts sur le complexe industriel AZOM dans le nord de Bakhmout et qu'ils contrôlent la majeure partie du complexe, bien que l'Institut pour l'étude de la guerre n'ait pas observé de confirmation visuelle de ces affirmations.

Le ministère britannique de la Défense estime que le groupe Wagner pourrait perdre la plus grande partie de sa force de détenus dans les semaines à venir, les condamnés terminant leur contrat militaire de six mois. Son rapport quotidien indique que des milliers de condamnés du groupe Wagner, qui ont été recrutés à l'automne 2022, seront graciés et libérés.

Bien qu'environ la moitié des prisonniers recrutés ont probablement été tués ou blessés, les preuves fournies par la Russie suggèrent que le groupe tient sa promesse de libérer les survivants. Wagner n'ayant probablement plus le droit de recruter d'autres prisonniers, cet exode va aggraver ses problèmes de personnel.

En outre, l'afflux soudain de délinquants souvent violents, ayant une expérience récente et souvent traumatisante du combat, représentera sans doute un défi important pour la société russe en temps de guerre.

Le Kremlin a probablement délibérément autorisé la publication de grâces préventives afin d'inciter davantage de condamnés de Wagner à quitter le pays à l'expiration de leur contrat, afin d'éroder davantage la force Wagner.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : Volodymyr Zelensky était en visite dans la région de Kherson ce jeudi

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe

Ukraine critique vivement l'appel de l'ONU à l'arrêt des livraisons d'armes