Face à la sécheresse qui s'annonce, Emmanuel Macron présente son "plan de sobriété sur l'eau"

Emmanuel Macron, ce jeudi à Savine-Le-Lac
Emmanuel Macron, ce jeudi à Savine-Le-Lac Tous droits réservés Sebastien Nogier/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Face à la menace de sécheresse en France, Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi un plan de sobriété sur l'eau".

PUBLICITÉ

Alors que de nouvelles périodes de sécheresse historiques s'annoncent en France dès cet été, le président français a dévoilé ce jeudi lors d'un déplacement dans les Hautes-Alpes "un plan de sobriété sur l'eau". Voici ce qu'il faut en retenir.

Réduction de la consommation d'eau

Face aux pénuries d'eau qui se profilent dans de nombreuses communes, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'un "EcoWatt de l'eau" sur le modèle de l'instrument mis en place cet hiver pour réduire la consommation d'électricité.

Réutilisation des eaux usées

La France, qui ne réutilise que moins de 1% de ses eaux usées et reste très à la traîne sur ce sujet en Europe, doit atteindre 10% d'eau recyclée d'ici 2030, a annoncé le président.

"Nous avons décidé de lancer 1 000 projets en cinq ans pour recycler et réutiliser l'eau" et "in fine, nous voulons réutiliser 300 millions de mètres cubes, soit 3 piscines olympiques par commune (...) ou 3 500 bouteilles d'eau par Français et par an", a déclaré Emmanuel Macron.

Tarification progressive

Emmanuel Macron a également annoncé vouloir généraliser la "tarification progressive" de l'eau, expérimentée dans certains territoires depuis 2017. Au-delà d'un certain volume de base, le tarif augmentera pour dissuader les usages excessifs.

"Ça ne veut pas dire que le prix de l'eau va augmenter, il est d'ailleurs aujourd'hui dans la moyenne quand on regarde le prix de l'eau en France", a-t-il précisé.

Changement des pratiques agricoles

Sur le sujet épineux des stockages artificiels d'eau pour les agriculteurs, le président a défendu l'utilité de ces ouvrages, du type de celui de Sainte-Soline (Deux-Sèvres) où des affrontements très violents ont eu lieu samedi. Ces retenues ou bassines pompent durant l'hiver l'eau des nappes phréatiques afin que les agriculteurs puissent arroser leurs cultures l'été.

Mais il a proposé que les prochaines retenues prennent mieux en compte la raréfaction de l'eau liée au changement climatique, et qu'elles soient conditionnées à des "changements de pratiques significatifs", à commencer par des économies d'eau et une réduction de l'usage des pesticides par les agriculteurs.

"Il ne s'agit pas de privatiser l'eau. Ou de permettre à certains de se l'accaparer", a-t-il déclaré, en répétant que l'eau était "indispensable à notre souveraineté alimentaire".

Soutien financier aux agences de l'eau

Ces agences de l'eau, qui financent une large part des projets destinés à mieux gérer, préserver ou réutiliser la ressource en eau, verront leur budget augmenter "de 500 millions d'euros" par an (actuellement de 2,2 milliards d'euros).

Réparer les fuites de canalisation

Le gouvernement veut mobiliser 180 millions d'euros par an pour résorber "en urgence" les fuites d'eau en France dans les points les plus sensibles.

En France, "un litre d'eau sur cinq est perdu en raison des fuites, c'est inacceptable", a déclaré Emmanuel Macron. "C'est une situation aberrante qu'on doit corriger en urgence", a estimé le président, jugeant que cela est "le fruit d'un sous-investissement historique".

PUBLICITÉ

Ces "points noirs" où les taux de fuite sont supérieurs à 50%, sont au nombre de 170 en France.

Des travaux de sécurisation seront également réalisés dans les 2 000 communes qui se sont retrouvées proches d'une situation de rupture d'approvisionnement en eau potable lors de la sécheresse de l'été dernier.

L'été dernier, un document de l'Observatoire des services publics d'eau et d'assainissement et de l'Office de la biodiversité (OFB) indiquait que plus de 937 millions de mètres cubes d'eau avait été perdus sur l'année 2020 en raison des fuites, soit "l'équivalent de la consommation annuelle d'environ 18 millions d'habitants".

Qui consomme le plus d'eau ?

Selon les statistiques officielles, "l'agriculture est la première activité consommatrice d'eau avec 58% du total, devant l'eau potable (26%), le refroidissement des centrales électriques (12%), et les usages industriels (4%)" sur les 4,1 milliards de mètres cubes prélevés chaque année sans être rendus aux milieux aquatiques.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France n'est pas préparée aux "graves conséquences" du changement climatique

Sécheresse : les Pyrénées-Orientales passent en situation de "crise"

Quels sont les pays les plus exposés aux vagues de chaleur record ?