Deux Palestiniens tués par l'armée israélienne en Cisjordanie

Un membre des forces de l'ordre
Un membre des forces de l'ordre Tous droits réservés Majdi Mohammed/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Cisjordanie est le théâtre d'une flambée de violences depuis le début de l'année.

PUBLICITÉ

Deux combattants palestiniens ayant ouvert le feu sur des soldats israéliens ont été tués mardi dans le nord de la Cisjordanie occupée, dernier épisode d'une spirale de violences au Proche-Orient.

L'armée israélienne a indiqué avoir ouvert le feu et "neutralisé deux assaillants" ayant tiré depuis leur véhicule en direction de la position militaire d'Elon Moreh, située près de la ville palestinienne de Naplouse.

A la poursuite d'autres suspects, les soldats ont découvert plusieurs armes dans le secteur dont deux M-16, d'après un communiqué militaire, qui précise qu'il n'y a pas eu de blessés dans les rangs de l'armée.

Dans un communiqué, le mouvement Fatah a indiqué qu'ils appartenaient à sa branche armée, les brigades des martyrs d'Al-Aqsa, et étaient originaires du camp de réfugiés de Balata à Naplouse.

"Je félicite les soldats qui ont éliminé deux terroristes ayant ouvert le feu sur eux près d'Elon Moreh", a écrit sur Twitter le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant. "Les soldats ont empêché une attaque contre des civils israéliens", a-t-il ajouté, saluant "une opération réussie".

La Cisjordanie, territoire palestinien, est occupée depuis 1967 par Israël. Près de trois millions de Palestiniens y vivent, comme environ 490 000 Israéliens dans des colonies considérées par l'ONU comme illégales au regard du droit international.

Les échanges de tirs de mardi surviennent sur fond d'une flambée de violences depuis le début de l'année, particulièrement marquée depuis près d'une semaine.

Celle-ci a été ponctuée d'attentats meurtriers, de tirs de roquettes en provenance de Gaza, du Liban et de la Syrie, suivis de représailles israéliennes, après l'irruption brutale, le 5 avril en plein ramadan, de la police israélienne dans la mosquée Al-Aqsa.

Celle-ci est située sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, également épicentre des tensions à Jérusalem.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et les autorités sécuritaires ont annoncé mardi interdire l'accès aux visiteurs juifs et aux touristes à l'esplanade jusqu'à la fin du ramadan, prévue en fin de semaine prochaine.

AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Annonce d'une trêve entre Israël et Gaza après une flambée de violence

Israël : une attaque à la voiture-bélier fait cinq blessés à Jérusalem

Nouvelle attaque des colons israéliens contre un village palestinien