Les "navires fantômes" de la Russie en mer Baltique

Un "vaisseau fantôme" russe présumé. Photo prise lors de l'enquête journalistique.
Un "vaisseau fantôme" russe présumé. Photo prise lors de l'enquête journalistique. Tous droits réservés NRK
Tous droits réservés NRK
Par David Mac Dougall
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Une série documentaire produite par des médias publics de Suède, du Danemark, de Finlande et de Norvège, révèle des opérations de renseignement de la Russie.

PUBLICITÉ

La Russie fait naviguer en mer Baltique une flotte de "navires fantômes" dont les émetteurs sont éteints, afin de cartographier les parcs éoliens offshore, les gazoducs, les câbles électriques et Internet dans les eaux entourant les pays nordiques, en vue d'éventuelles attaques de sabotage.

Ce ne sont là que quelques-unes des affirmations explosives faites dans une nouvelle série documentaire intitulée "La guerre de l'ombre", produite par des médias publics de Suède, du Danemark, de Finlande et de Norvège, qui révèle les opérations de renseignement de la Russie dans la région.

"En cas de conflit avec l'Occident, ils sont prêts et savent où intervenir s'ils veulent paralyser la société danoise", a déclaré Anders Henriksen, du service de renseignement de la police danoise (PET).

Les journalistes ont notamment suivi un navire de recherche russe appelé Admiral Vladimirsky dans le détroit de Kattegat. L'émetteur AIS du navire, un système utilisé pour identifier les navires et leur position, avait été éteint, mais un trafic radio crypté a été utilisé pour le suivre.

Un homme à bord portait un uniforme, un gilet pare-balles et un fusil d'assaut, alors que le navire passait devant des parcs éoliens en Écosse, en Angleterre et aux Pays-Bas.

Les experts affirment que les informations recueillies au cours de ces voyages sont directement transmises au Kremlin.

"Il s'agit d'une capacité stratégique pour la Russie, considérée comme très importante et contrôlée directement depuis Moscou", dit Nils Andreas Stensønes, chef du service de renseignement norvégien.

L'Amiral Vladimirsky n'est pas le seul navire identifié comme effectuant des missions apparentes de reconnaissance militaire ou de renseignement : des journalistes ont identifié 50 navires russes au cours de la dernière décennie, dont les schémas de navigation les ont amenés à survoler des champs pétroliers et gaziers, ou à proximité d'exercices militaires de l'OTAN.

AP Photo
Le président russe Vladimir Poutine, en juillet 2021.AP Photo

Quelle est la vulnérabilité des infrastructures sous-marines de l'Europe ?

S'il n'est peut-être pas surprenant que la Russie mène des opérations d'une telle ampleur pour cartographier des infrastructures sous-marines essentielles, la guerre en Ukraine a encore accru les tensions.

"Il ne fait aucun doute que la sécurité des infrastructures norvégiennes essentielles n'a pas été suffisante. Les câbles sont très vulnérables et la Russie a déjà passé de nombreuses années à cartographier les câbles de communication sous-marins et les infrastructures énergétiques", explique Karen-Anna Eggen, doctorante à l'Institut norvégien d'études de défense.

"Elle a également, par le biais de diverses coopérations économiques, obtenu l'accès à des données sensibles, telles que les données sismiques. La cartographie est principalement réalisée à l'aide de navires de recherche et de pêche, mais ils sont également utilisés pour sonder et perturber, ce que je considère comme faisant partie d'une préparation plus large au cas où la situation sécuritaire dans le Grand Nord ou en Europe deviendrait plus tendue", a-t-elle récemment déclaré à Euronews.

L'année dernière, après que le gazoduc Nord Stream a apparemment été visé par des explosifs dans la mer Baltique, la Norvège a renforcé la sécurité de son infrastructure offshore par crainte d'attaques. En avril 2021, une section de câble sous-marin près de l'île norvégienne de Svalbard, utilisée par les chercheurs et les militaires, a disparu ; en décembre de la même année, l'un des deux principaux câbles qui relient Svalbard à la Norvège continentale a également été coupé.

Bien qu'aucun pays n'ait admis ces incidents, les mêmes navires de pêche russes ont été vus traversant les câbles du Svalbard à plusieurs reprises avant que les connexions ne soient coupées.

"Il s'agit d'un point géopolitique important pour la Russie et l'activité militaire russe. Bien sûr, la Russie nie toute responsabilité dans l'interruption des câbles, mais cela correspond au moment, à l'endroit et à la capacité", a déclaré Karen-Anna Eggen.

"Il s'agit d'un cas classique d'action secrète visant à perturber, à susciter la peur et à tester la réaction norvégienne."

Garde-côtes norvégiens/AFP
Le chalutier russe Elektron, photographié le 18 octobre 2005 alors qu'il fuyait les garde-côtes norvégiens au large de la côte arctique de la Norvège.Garde-côtes norvégiens/AFP

Comment le documentaire a vu le jour

C'est la première fois que quatre pays nordiques coopèrent à un projet d'enquête de cette envergure.

L'ampleur de ce qu'ils ont découvert a surpris les journalistes impliqués.

"Nous avions quelques théories sur ce qui existait, mais notre projet était vraiment de savoir comment nous pouvions le faire en termes de "big data", pour le couvrir", a expliqué à Euronews Håvard Gulldahl, journaliste du média norvégien NRK.

PUBLICITÉ

"Je dois dire que j'ai été surpris par le nombre de navires impliqués dans cette activité. L'ampleur m'a surpris, mais aussi le délai dans lequel cela s'est produit. C'est un peu plus long que ce à quoi je m'attendais", a-t-il ajouté.

Håvard Gulldahl a déclaré que les experts civils et militaires connaissaient les activités des Russes, mais qu'il y avait eu un "changement de paradigme" depuis le début de la guerre en Ukraine.

"Les activités que nous considérions auparavant comme bénignes ne le sont plus", dit-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nord Stream : l'origine du sabotage demeure incertaine selon un procureur suédois

Des avoirs russes gelés pour acheter des armes à l'Ukraine ?

Allemagne : deux hommes soupçonnés d'espionnage pour la Russie arrêtés