Transit des céréales ukrainiennes : Bruxelles trouve un accord avec 5 Etats de l'UE

Dépôt de Céréales
Dépôt de Céréales Tous droits réservés Capture écran / Euronews
Tous droits réservés Capture écran / Euronews
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour protéger leurs agriculteurs, plusieurs États membres d'Europe de l'Est ont récemment interdit les céréales ukrainiennes qui arrivaient massivement sur le marché, faisant fait chuter les prix locaux.

PUBLICITÉ

**La Commission européenne a annoncé vendredi avoir conclu un accord avec cinq Etats de l'UE, dont la Pologne et la Hongrie, pour garantir le transit des céréales ukrainiennes, après les interdictions d'importation imposées par plusieurs de ces pays et jugées "inacceptables" par Bruxelles.
**

L'UE avait suspendu en mai 2022, pour un an, les droits de douane sur tous les produits importés d'Ukraine et s'était organisée pour lui permettre d'exporter ses stocks de céréales après la fermeture des itinéraires par la mer Noire, à la suite à l'invasion du pays par la Russie en février 2022.

Les Etats de l'UE voisins avaient vu massivement augmenter les arrivées de maïs, blé ou tournesol d'Ukraine, provoquant la saturation des silos et faisant chuter les prix locaux.

La Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la Bulgarie avaient interdit mi-avril les céréales et d'autres produits agricoles importés d'Ukraine, disant vouloir protéger leurs agriculteurs, ouvrant une partie de bras de fer avec la Commission, responsable de la politique commerciale de l'UE.

La Commission a conclu vendredi un "accord de principe" avec ces quatre pays ainsi qu'avec la Roumanie, de façon à "répondre à la fois aux préoccupations de l'Ukraine et à celles des pays de l'UE frontaliers", a annoncé le commissaire au Commerce Valdis Dombrovskis.

L'accord prévoit la fin des mesures d'interdiction unilatérales prises par ces pays, en échange de "mesures de sauvegarde exceptionnelles" concernant quatre produits d'Ukraine jugés "les plus sensibles" : blé, maïs, colza, graines de tournesol.

Des évaluations seront menées sur d'autres produits ukrainiens comme le soja et l'huile d'olive.

La Commission avait également promis le 19 avril une aide supplémentaire de 100 millions d'euros pour les exploitants agricoles affectés dans ces cinq pays, après une première enveloppe de 56,3 millions d'euros octroyée fin mars, des fonds tirés de la réserve de crise de la Politique agricole commune.

Surtout, l'accord garantit la possibilité de faire transiter les céréales et produits agricoles ukrainiens par les cinq Etats à destination de pays tiers --un point crucial pour Kyiv, soucieux de pouvoir continuer à exporter sa production.

"Cet accord préserve à la fois la capacité d'exportation de l'Ukraine afin qu'elle continue à nourrir le monde, et les moyens de subsistance de nos agriculteurs", a salué sur Twitter la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

Le transit des céréales et autres produits agricoles par la Pologne vers d'autres pays, suspendu par Varsovie pendant presque une semaine, avait déjà officiellement repris le 21 février, mais en maintenant la stricte interdiction de les écouler sur le marché polonais.

Plus tôt vendredi, les gouvernements des 27 ont donné leur accord pour renouveler pour un an la suspension des droits de douane sur l'ensemble des produits ukrainiens importés dans l'UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Alliés et partenaires de l'Otan ont livré à l'Ukraine 230 chars et 1 550 véhicules blindés

No comment : des missiles russes frappent Tchernihiv en Ukraine, faisant 17 morts

Ukraine : au moins 13 morts dans des frappes russes à Tchernihiv