Crimée : incendie contenu dans un dépôt de pétrole à Sébastopol après une attaque de drones

Crimée : incendie dans un dépôt de pétrole à Sébastopol après une attaque de drones (autorités locales)
Crimée : incendie dans un dépôt de pétrole à Sébastopol après une attaque de drones (autorités locales) Tous droits réservés AP/Sevastopol mayor Mikhail Razvozhaev telegram channel
Tous droits réservés AP/Sevastopol mayor Mikhail Razvozhaev telegram channel
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un important incendie s'est déclaré samedi dans un dépôt de pétrole à Sébastopol, le port d'attache de la flotte russe de la mer Noire en Crimée annexée, après une attaque de drones, ont annoncé les autorités locales.

PUBLICITÉ

L'incendie qui s'est déclaré dans un dépôt de pétrole à Sébastopol, le port d'attache de la flotte russe de la mer Noire en Crimée a été contenu selon le gouverneur d'occupation à Sebastopol, Mikhaïl Razvojaïev.

Cette attaque présumée a eu lieu alors que la veille l'Ukraine s'est dite prête à lancer son offensive de printemps contre les forces russes afin de les chasser des territoires qu'elles contrôlent.

1 000 m² touchés

Soixante pompiers ont été dépêchés sur place pour lutter contre le feu qui a sévi sur une surface d'environ 1.000 m² avait informé Mikhaïl Razvojaïev dans la journée, assurant que la situation était "sous contrôle" et que "les infrastructures civiles" n'étaient "pas menacées".

Cité par l'agence de presse publique Ria Novosti, il avait ensuite précisé aux journalistes qu'au total quatre citernes de pétrole avaient été endommagées et "ont brûlé".

Depuis le déclenchement de l'offensive russe en Ukraine en février 2022, la Crimée, une péninsule annexée par la Russie en 2014, a plusieurs fois été la cible d'attaques de drones aériens et navals. La plus importante avait eu lieu en octobre 2022. Mi-avril, les autorités ont annoncé l'annulation des célébrations des 1er et 9 mai (date officielle de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Russie) sur la péninsule, évoquant "des problèmes de sécurité".

L'attaque de drones est intervenue moins de 24 heures après des frappes de missiles de croisière russes qui ont atteint des immeubles d'habitation notamment à Ouman, ville du centre de l'Ukraine, où au moins 23 personnes ont été tuées.

Au total au moins 26 personnes ont été tuées vendredi dans plusieurs frappes russes sur des villes ukrainiennes. Samedi, les autorités ukrainiennes ont précisé que cinq enfants figuraient parmi les morts.

Un "châtiment de Dieu"

L'Ukraine n'a pas revendiqué l'attaque de drones à Sebastopol, mais les services de renseignement militaires ont laissé entendre qu'il s'agissait de représailles après les frappes à Ouman.

Andriy Yousov, des services de renseignement du ministère ukrainien de la Défense, a assuré qu'il s'agissait "d'un châtiment de Dieu, en particulier pour les civils tués à Ouman".

Il a conseillé aux habitants de la Crimée "d'éviter dans un avenir proche de se trouver près des installations militaires et des installations fournissant l'armée de l'agresseur".

Le gouverneur de Sebastopol a de son côté appelé les habitants de la péninsule "à rester calmes".

Contre-offensive en préparation

Vendredi, l'Ukraine a affirmé que les préparatifs en vue d'une offensive de printemps arrivaient à leur terme.

"Les préparatifs touchent à leur fin", a déclaré le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov au sujet de la grande attaque que son pays veut lancer pour reconquérir les territoires occupés dans l'est et le sud par la Russie.

Dans le sud, les autorités d'occupation russes dans la partie de la région de Kherson contrôlée par les forces russes ont indiqué que la ville de Novaya Kakhovka était soumise samedi à "d'intenses tirs d'artillerie".

Selon les autorités soutenues par Moscou, le courant était coupé dans cette ville qui était tombée entre les mains des forces russes le premier jour de l'invasion le 24 février 2022.

Les forces russes ont appelé les habitants de la ville à "rester calmes" et annoncé que les travaux pour rétablir le courant commenceraient "après la fin des bombardements".

La veille, l'Ukraine avait indiqué que les Russes avaient bombardé la région de Kherson et tué une femme de 57 ans dans le village de Bilozerka.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie affirme avoir neutralisé dix drones ukrainiens lancés en Crimée annexée

Les principaux acteurs de l'OPEP discutent des énergies du futur à Vienne

Kharkiv et Odessa visées par des frappes russes, la Crimée occupée ciblée par les Ukrainiens