Guerre en ukraine : point sur l'arsenal militaire ukrainien et russe

M. Schmidt
M. Schmidt Tous droits réservés from video
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La victoire ne dépendra pas d'un arsenal puissant selon M. Schmidt, expert militaire.

PUBLICITÉ

La guerre en Ukraine fait rage et avec elle, l'incertitude sur l'identité du vainqueur. Kiyv fait le pari d'une contre-offensive pour redynamiser ses troupes, renforcé par le soutien militaire des alliés de l'OTAN. Qu'en est-il de l'arsenal russe qu'on disait au début du conflit plus performant ?

Selon Matthew Schmidt, professeur en sécurité nationale, à l'Université de New Haven dans le Connecticut aux Etats-Unis, la victoire ne dépendra pas d'un arsenal puissant. 

"Les forces ukrainiennes ont reçu des systèmes occidentaux et elles ont été entraînées tactiquement. Mais ce qui compte pour l'Ukraine, c'est à quel point elle a appris à faire ce que l'Occident appelle des manœuvre combinées." explique l'expert. "C'est la capacité à coordonner les tirs de l'artillerie, de l'infanterie, des blindés, des forces spéciales (...) La question est de savoir si les troupes ukrainiennes l'ont suffisamment bien appris pour le mettre en œuvre. Si elles l'ont fait, cela changera la donne. Cela aura un impact dévastateur sur les troupes russes car ils pourront percer la ligne défensive et pénétrer dans les zones arrière de la Russie."

Mais la Russie n'est pas loin derrière. Selon les forces armées ukrainiennes, Moscou a récemment déployé le bombardier Supersonic Tu-160, le plus massif du marché et le char Armata T-14, le plus avancé du pays. Mais les soldats russes semblent réticent à l'utiliser.

"Le char Armata est essentiellement une sorte de char électronique. C'est une machine numérique en fait. La tourelle elle-même tourne automatiquement, les troupes la font fonctionner via des écrans tactiles. Et comme elle n'a pas été au combat, personne ne fait confiance à la façon dont cela va fonctionner. Personne ne croit que si l'engin se déplace à 80 kilomètres à l'heure et qu'elle heurte une bosse, elle n'assommera pas l'écran. Résultat : les troupes ne pourront pas tirer. Personne ne croit que la tourelle ne sera pas bloquée. Mais ils ne l'ont pas utilisé assez longtemps pour savoir comment la débloquer sur le terrain sous le feu de l'ennemi." conclut l'expert.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : "L'offensive russe est un échec", selon la Maison Blanche

Ukraine : les "principales batailles" auront lieu "bientôt" assure Volodymyr Zelensky

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe