Immigration : les Etats-Unis vont envoyer 1 500 soldats supplémentaires à leur frontière Sud

Des douaniers américains à la frontière mexicaine au Texas, le 2 mai
Des douaniers américains à la frontière mexicaine au Texas, le 2 mai Tous droits réservés Miguel Roberts/Copyright-2023
Tous droits réservés Miguel Roberts/Copyright-2023
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Washington s'attend à une recrudescence des entrées illégales de migrants depuis le Mexique après le 11 mai, date de la fin d'un dispositif de refoulement automatique mis en place par Donald Trump.

PUBLICITÉ

Les Etats-Unis vont envoyer 1 500 soldats supplémentaires à leur frontière avec le Mexique avant l'expiration la semaine prochaine d'une mesure anti-Covid permettant d'expulser sans délai les migrants franchissant les frontières terrestres des Etats-Unis.

Les autorités craignent un pic des arrivées à leur frontière avec la levée de cette mesure, connue sous le nom de "Title 42".

"A la demande du ministère de la Sécurité intérieure", le ministre américain de la Défense "a approuvé une augmentation temporaire de 1500 membres supplémentaires du personnel militaire pour compléter les efforts de la police aux frontières à la frontière Sud-Ouest", a indiqué le porte-parole Pat Ryder.

Pendant 90 jours, ces renforts épauleront la police notamment en matière de surveillance. "Le personnel militaire ne participera pas directement aux activités de maintien de l'ordre", a insisté le porte-parole.

Ils viendront s'ajouter aux 2 500 soldats assistant déjà la police aux frontières et d'autres agences qui se préparent à une augmentation des arrivées.

Le ministère de la Sécurité intérieure a précisé que "leur soutien (allait) permettre aux membres du personnel de maintien de l'ordre de mener à bien leur travail crucial".

Le gouvernement mexicain a déclaré mardi qu'il "continuerait à accepter le retour de migrants sur une base humanitaire", dans un communiqué publié après une rencontre avec Elizabeth Sherwood-Randall, conseillère ajointe du président américain Joe Biden pour la Sécurité.

Le "Title 42" est une mesure liée à la pandémie de Covid-19, mise en place en 2020 sous l'administration de l'ex-président Donald Trump, permettant de refouler immédiatement les migrants dépourvus de visa, même les demandeurs d'asile potentiels. Elle expire le 11 mai.

Dès le 11 mai, c'est un autre article, "Title 8", qui sera appliqué, a récemment affirmé le ministre de la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas. Cet article prévoit des refoulements accélérés, assortis d'une interdiction de nouvelle entrée sur le territoire pendant cinq ans et de possibles poursuites pénales.

"Pour être clair, la frontière n'est pas ouverte et n'ouvrira pas après le 11 mai", selon M. Mayorkas, qui a tout de même dit s'attendre à "une recrudescence" des passages à la frontière mexicaine dès la levée de cette mesure.

L'immigration reste un sujet politiquement explosif aux Etats-Unis.

L'opposition républicaine attaque sans relâche Joe Biden, qu'elle accuse d'avoir transformé la frontière mexicaine en passoire.

Durant l'exercice budgétaire achevé au 30 septembre 2022, quelque 2,4 millions de personnes ont été arrêtées à la frontière et la plupart ont été refoulées.

En mars, 191 899 personnes dépourvues de documents d'immigration ont été interceptées.

Les migrants, soucieux d'échapper à la pauvreté ou à la violence dans leurs pays d'origine, prennent souvent d'énormes risques pour entrer sur le sol américain.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

New York touché par un séisme de magnitude 4,8

No Comment : un mort et deux blessés après la chute d'une section de grue en Floride

L'enquête sur l'effondrement du pont de Baltimore s'accélère