Incidents entre la police et des Serbes dans le nord du Kosovo

Tensions entre la police kosovare et des Serbes du Kosovo
Tensions entre la police kosovare et des Serbes du Kosovo Tous droits réservés Bojan Slavkovic/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Serbes du Kosovo, qui ne reconnaissent pas la souveraineté de Pristina, protestaient contre la prise de fonction de maires albanais, dans le nord du pays.

PUBLICITÉ

La police kosovare a dispersé vendredi à l'aide de gaz lacrymogène des Serbes qui protestaient contre la prise de leurs fonctions de maire par des Albanais dans le nord du Kosovo, une région de cette ancienne province de Serbie où ils sont majoritaires, a constaté une journaliste de l'AFP.

Ces édiles ont été désignés à l'issue des élections locales organisées par les autorités kosovares le 23 avril dans quatre municipalités en majorité peuplées de Serbes qui ont très largement boycotté ce scrutin - seuls quelque 1.500 électeurs, sur environ 45 000 inscrits, y ont pris part.

Une dizaine de blessés

Selon une journaliste de l'AFP, des échauffourées entre les manifestants serbes et la police ont eu lieu d'abord devant la mairie de Zvecan. Les forces de l'ordre ont tiré du gaz lacrymogène pour repousser les protestataires, tandis que des déflagrations ont été provoquées par des grenades assourdissantes.

Dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, on entend également des coups de feu.

Une dizaine de personnes ont été légèrement blessées et ont reçu des soins médicaux dans un hôpital de la partie nord de la ville divisée de Mitrovica, a déclaré la directrice adjointe de cet établissement, Danica Radomirovic, citée par des médiaux kosovars.

Au moins une voiture de la police a été endommagée, selon les mêmes sources.

Les forces de l'ordre ont également fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants dans deux autres municipalités, Leposavic et Zubin Potok, a rapporté la télévision nationale serbe (RTS).

Des Serbes ont érigé des barricades près de Leposavic, a ajouté la RTS.

"Etat d'alerte maximale"

A Belgrade, le président serbe Aleksandar Vucic a donné l'ordre à l'armée de se placer en "état d'alerte maximale", comme cela est arrivé à de multiples reprises ces dernières années en raison des tensions avec le Kosovo - la fois précédente en décembre -, et aussi de se "mettre en mouvement" dans la direction de la frontière avec cette ancienne province serbe, a annoncé la RTS.

La police kosovare n'a pas fait de commentaires sur les derniers incidents, confirmant seulement dans un communiqué avoir assisté les nouveaux maires dans la prise de leurs fonctions dans trois des quatre municipalités concernées.

Les poussées de fièvre sont fréquentes dans le nord du Kosovo, une ancienne province serbe qui a proclamé en 2008 son indépendance, jamais reconnue par la Serbie.

Les Serbes y sont encouragés par Belgrade à défier les autorités kosovares, qui cherchent quant à elles à asseoir leur souveraineté sur l'ensemble du territoire.

Les élections municipales se sont déroulées un peu plus d'un mois après l'annonce par l'Union européenne d'un accord sur la normalisation des relations entre Belgrade et Pristina au cours d'une réunion à Ohrid, en Macédoine du Nord, mais que les deux parties n'ont pas signé.

Pour avancer dans ce dialogue, Belgrade réclame la mise en place d'une "association de municipalités serbes", qui jouirait d'une sorte d'autonomie et regrouperait quelque 120 000 Serbes du Kosovo, un pays peuplé d'1,8 million d'habitants, très majoritairement albanais.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Kosovo : l'Otan "condamne fermement" les attaques contre la KFOR

Les élections dans le nord du Kosovo suscitent des critiques en Serbie

Kosovo : des élections locales boycottées par les Serbes