PUBLICITÉ

Le WWF se bat pour la restauration de la nature en Europe

Baigneurs dans le Danube à Vienne, en Autriche, en 2022.
Baigneurs dans le Danube à Vienne, en Autriche, en 2022. Tous droits réservés Florian Schroetter/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Florian Schroetter/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’ONG environnementale tente de sensibiliser l’opinion publique alors qu'un projet de loi rencontre de la résistance au Parlement européen.

PUBLICITÉ

C’est sur le Danube, près de Vienne en Autriche, que l’ONG environnementale WWF tente de sensibiliser l’opinion publique sur la restauration de la nature alors que les Etats membres de l’UE peinent à s’accorder sur la question.

"La reconnexion des bras de rivière est très importante, car si l'on ne fait rien, ils s'assècheront définitivement dans les 10 à 20 prochaines années", explique Alice Kaufmann, membre de viadonau, une filiale du ministère autrichien des transports, de l'innovation et de la technologie chargée de la préservation et du développement de la voie navigable du Danube, et partenaire du WWF.

Pendant des siècles, les cours d'eau européens ont été régulés, leurs bras coupés. Étape par étape, les murs de pierre disparaissent désormais. Objectif : laisser les poissons circuler librement, réduire les risques d’inondations et assurer l'approvisionnement en eau potable.

Présenté il y a un an, un projet de loi de la Commission européenne visant à restaurer la nature sur le continent rencontre de la résistance au Parlement européen. Notamment de la part des députés conservateurs.

Le plus grand groupe, le PPE, s'est jusqu'à présent opposé à la loi. Trop de terres agricoles seraient concernées par la renaturation, ce qui mettrait en péril la sécurité alimentaire en Europe.

Un argument réfuté par le WWF : "La loi sur la restauration de la nature fait également référence aux écosystèmes agricoles, où il est particulièrement important que l'agriculture et la biodiversité puissent coexister", dit Joschka Brangs, responsable de la politique de biodiversité de l'ONG.

"C'est pourquoi il est proposé de consacrer 10 % des terres agricoles à la conservation de la biodiversité, poursuit-il. La sécurité alimentaire ne fonctionnera pas sans biodiversité. Et nous constatons que notre biodiversité continue de décliner malgré tous les efforts qui sont déjà déployés."

L'objectif de 10 % de réaffectation des terres agricoles en Europe est à présent rediscuté. Les défenseurs de l’environnement craignent qu’un compromis n’affaiblisse la loi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les agriculteurs européens contestent la proposition actuelle de restauration de la nature

En Italie, les activistes de l'environnement dans le collimateur du gouvernement

Bataille européenne sur le sort du parc naturel espagnol de Doñana