EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Grippe aviaire : quels risques pour l'homme ?

L'influenza aviaire est une maladie infectieuse aiguë des oiseaux domestiques et sauvages.
L'influenza aviaire est une maladie infectieuse aiguë des oiseaux domestiques et sauvages. Tous droits réservés Bob Edme/Copyright 2017 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Bob Edme/Copyright 2017 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'infection humaine par le virus de la grippe aviaire peut provoquer des maladies allant d'une infection bénigne des voies respiratoires supérieures à une maladie plus grave.

PUBLICITÉ

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la grippe aviaire n'est pas présente dans les populations de volailles dans l'Union européenne et l'Espace économique européen. Le CEPCM considère que le risque de transmission au grand public est "très faible".

Toutefois, le Royaume-Uni a détecté deux cas de virus chez des travailleurs de l'industrie avicole.

La France vient de mettre en place une campagne de prévention visant à vacciner les volailles. Elle devrait débuter en octobre, alors que les éleveurs plaident pour une vaccination dès l'été. Mais le ministère de l'Agriculture estime qu'il faut du temps pour garantir la sécurité des tests, de la production et du stockage des vaccins.

L'inquiétude des éleveurs de volailles s'explique sans doute par l'histoire récente : lors des précédentes épizooties en 2022-2023 en France, selon le ministère de l'Agriculture, six millions d'oiseaux ont été abattus. En 2021-2022, ce chiffre s'élevait à 22 millions.

Deux vaccins testés en France se sont déjà révélés très efficaces pour les canards élevés pour la fabrication du foie gras. Une bonne chose pour la filière qui a survécu à une grave crise.

Entre le 1er août 2022 et le 7 juin 2023, 400 foyers de grippe aviaire ont été identifiés chez les oiseaux en France, selon le ministère de l'Agriculture. En mai 2023, le virus a été signalé dans les départements du Gers, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques, dans le sud-ouest de la France.

Au total, 85 exploitations ont été infectées. Aujourd'hui, selon Marc Fesneau, ministre français de l'Agriculture, le pic d'incidence est passé. Le risque de propagation du virus sur le territoire français a été ramené de "élevé" à "modéré".

Ce qu'il faut savoir sur la grippe aviaire

L'influenza aviaire est une maladie infectieuse aiguë des oiseaux domestiques et sauvages qui a été découverte il y a plus de 140 ans. Elle se caractérise par une atteinte des organes digestifs et respiratoires des oiseaux et présente un taux de mortalité élevé.

La grippe aviaire peut être transmise de l'animal à l'homme de deux manières principales : directement à partir des oiseaux ou d'un environnement contaminé ; ou par un hôte intermédiaire, comme le porc.

Les personnes en contact étroit avec des oiseaux et des animaux infectés, comme les travailleurs agricoles, sont susceptibles de contracter la grippe aviaire. Des tests en laboratoire sont nécessaires pour diagnostiquer une infection humaine par la grippe aviaire.

Symptômes de la grippe aviaire chez l'homme

L'infection humaine par le virus de la grippe aviaire peut provoquer des maladies allant d'une infection bénigne des voies respiratoires supérieures à une maladie plus grave, pouvant entraîner la mort. Des cas de conjonctivite, des symptômes gastro-intestinaux, et des cas encéphalite et d'encéphalopathie (diminution du flux sanguin ou de l'oxygène dans le cerveau) ont également été rapportés.

Jusqu'à présent, rien n'indique que la grippe aviaire pourrait muter en une forme transmissible d'homme à homme.

Les Européens doivent-ils s'inquiéter ?

L'Europe a connu une présence de grippe aviaire importante au cours des dernières années. Des foyers ont été enregistrés chez les volailles, les oiseaux sauvages et les mammifères dans 24 pays.

Des foyers chez les oiseaux sauvages et domestiques ont continué à être signalés jusqu'en mai 2023. En mars et avril, l'incidence de l'influenza aviaire chez les volailles a diminué par rapport à la période précédente (décembre à février). Toutefois, les mouettes rieuses sont toujours fortement touchées.

Le virus continue de se propager aux Amériques et devrait même atteindre l'Antarctique dans un avenir proche. Des cas de grippe aviaire ont également été signalés chez des chats aux États-Unis et un chez un chien au Canada.

Le risque pour la population en Europe reste faible, et passe de faible à modéré pour les travailleurs et les personnes qui entrent en contact avec des oiseaux et des mammifères potentiellement infectés, malades ou morts.

Telles sont les principales conclusions du dernier rapport sur l'influenza aviaire établi par l'Agence européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA), l'ECDC et le laboratoire de référence de l'Union européenne (EURL).

En mars 2023, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a lancé le projet Bird Flu Radar. Il s'agit d'un système d'alerte précoce pour les foyers de grippe aviaire.

PUBLICITÉ

L'OMS veille sur la santé publique

Les pays du monde entier fournissent à l'Organisation mondiale de la santé des informations sur les événements de santé publique d'urgence confirmés ou sur les cas de grippe aviaire.

Ainsi, à la mi-mai, le Royaume-Uni a informé l'OMS de la détection du virus de la grippe aviaire A(H5N1) chez deux travailleurs d'un élevage de volailles en Angleterre.

Dans cet élevage, la volaille a été infectée. La maladie chez les travailleurs de l'exploitation était asymptomatique. Tous les travailleurs agricoles et leurs contacts ont été identifiés. Aucun de ces symptômes et aucun signe de transmission secondaire n'a été identifié à ce jour.

L'agence britannique de sécurité sanitaire n'a trouvé aucune preuve de la transmission du virus d'une personne à une autre. Les experts de l'OMS ont également conclu que les signes d'une transmission interhumaine du virus n'ont pas encore été identifiés dans cette épidémie.

Recommandations de l'OMS

La nature de la grippe évolue constamment. Compte tenu de la circulation à grande échelle du virus chez les oiseaux, l'OMS souligne l'importance du maintien d'une surveillance mondiale.

PUBLICITÉ

Elle recommande que toutes les personnes travaillant avec des volailles ou des oiseaux sauvages soient vaccinées contre la grippe saisonnière afin de réduire le risque théorique de mélange avec les oiseaux sauvages.

Les voyageurs qui se rendent dans des pays où des foyers de grippe zoonotique ont été signalés doivent s'abstenir de de visiter des fermes et éviter tout contact avec des animaux sur les marchés où des animaux vivants sont vendus. Ils doivent éviter de se rendre dans les lieux où les animaux sont abattus et de toucher des surfaces visiblement contaminées par des matières fécales animales.

Les précautions générales comprennent le lavage régulier des mains, une bonne hygiène et la garantie de la sécurité alimentaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Roumanie, des colonies de cygnes menacées par le grippe aviaire

Grippe aviaire en Europe : la France veut commencer à vacciner les volailles à l'automne 2023

Grippe aviaire : près de 14 000 pélicans et oiseaux de mer retrouvés morts au Pérou