EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Honduras : une rixe dans une prison pour femmes fait 41 morts

Des parents de détenues attendent  devant l'entrée de la prison pour femmes de Tamara, dans la banlieue de Tegucigalpa, au Honduras (20/06/23)
Des parents de détenues attendent devant l'entrée de la prison pour femmes de Tamara, dans la banlieue de Tegucigalpa, au Honduras (20/06/23) Tous droits réservés Elmer Martinez/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Elmer Martinez/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des membres d'une bande criminelle ont fait irruption dans la cellule d'un gang rival et ont mis le feu. La majorité des victimes sont mortes brûlées vives.

PUBLICITÉ

Des affrontements entre bandes rivales mardi dans une prison pour femmes du Honduras, qui ont provoqué un incendie, ont fait au moins 41 morts, selon la police.

Brûlées vives

Le bilan "préliminaire" de cette explosion de violence dans cette prison située à environ 25 km au nord de la capitale Tegucigalpa est de 41 femmes décédées, a indiqué le porte-parole de la police Edgardo Barahona, qui n'a pas su préciser si toutes les victimes sont des détenues.

La rixe a fait également cinq blessées qui ont transportées dans un hôpital de la capitale, a ajouté M. Barahona.

La présidente du Honduras Xiomara Castro (gauche) s'est déclarée sur son compte Twitter "bouleversée par le monstrueux assassinat (...) planifié par des maras", les bandes criminelles qui terrorisent le pays. Elle a exigé "des comptes" notamment du ministre de l'Intérieur en promettant des "mesures drastiques".

La majorité des victimes sont mortes brûlées vives tandis que d'autres ont succombé à des blessures par balle, a indiqué à l'AFP le porte-parole du parquet Yuri Mora ajoutant qu'une enquête était en cours pour déterminer quelle est la bande à l'origine de l'agression.

Bandes rivales

Selon la représentante de familles des détenues Delma Ordoñez, les victimes sont des membres du gang de la Mara Salvatrucha, ce qui semble indiquer, selon elle, que l'agression a été menée par des détenues de la bande rivale Barrio 18.

Des membres d'une bande criminelle ont fait irruption dans la cellule d'un gang rival et ont mis le feu, a-t-elle assuré à la presse. Ce secteur de la prison de Tamara, où sont détenues quelque 900 femmes, a été "complètement détruit" par l'incendie.

Des centaines de proches de détenues se sont rassemblés à proximité de la prison pour tenter d'obtenir des informations. "Nous ne savons pas qui sont" les victimes, se lamente un homme visiblement désespéré.

La vice-ministre de l'Intérieur Julissa Villanueva a annoncé sur son compte Twitter une "intervention immédiate de pompiers, de policiers et de militaires".

Corruption et criminalité

Le Honduras est gangréné par la corruption et la terreur que font régner les "maras", qui se livrent, comme au Guatemala et au Salvador voisins, au racket, au trafic de drogue et aux meurtres sur gages.

La criminalité organisée est la responsable d'un taux particulièrement important d'homicides qui s'est élevé l'année dernière à 40 meurtres pour 100 000 habitants, soit quatre fois supérieur à la moyenne mondiale, hors zones de conflit.

Selon les autorités, en dépit de mesures prises pour contrôler les 26 prisons du pays où sont détenues environ 20 000 personnes, les chefs des bandes criminelles incarcérés continuent d'ordonner crimes et délits depuis leurs cellules.

La violence, ainsi que la misère, poussent des milliers d'habitants à émigrer vers les États-Unis en quête d'une vie meilleure.

Le Honduras est un important nœud de transit de la cocaïne colombienne vers les États-Unis.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Equateur : 31 morts après trois jours d'émeutes dans la prison d'El Litoral

Autriche : trois touristes sont morts dans une avalanche

Turquie : un incendie dans une boîte de nuit à Istanbul à fait au moins 29 morts