Qualifier Xi Jinping de "dictateur" est "absurde", répond Pékin à Biden

Le président américain, Joe Biden à San Fransisco, le 20 juin 2023
Le président américain, Joe Biden à San Fransisco, le 20 juin 2023 Tous droits réservés Susan Walsh/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Joe Biden s'exprimait lors d'une réception en Californie avec des donateurs du parti démocrate, en présence de journalistes.

PUBLICITÉ

La Chine a fustigé mercredi la remarque "absurde" du président américain Joe Biden qui a estimé que son homologue chinois Xi Jinping appartenait à la catégorie des "dictateurs", alors que les relations entre Washington et Pékin semblaient s'apaiser.

Faisant référence à un épisode récent au cours duquel les Etats-Unis ont détruit un ballon chinois qui, selon eux, espionnait leur territoire, Joe Biden a assuré que "la raison pour laquelle (le président chinois) s'est tellement énervé quand j'ai abattu ce ballon plein de matériel d'espionnage est qu'il ne savait pas (que cet engin) se trouvait là".

Il s'exprimait lors d'une réception en Californie avec des donateurs du parti démocrate, en présence de journalistes.

"C'est très embarrassant pour les dictateurs quand ils ne savent pas ce qui s'e st passé", a-t-il poursuivi, ajoutant: "Lorsque (le ballon) a été abattu (Xi Jinping) s'est trouvé très embarrassé et il a même démenti que (l'aéronef) se trouvait là".

Interrogée à ce sujet, une porte-parole de la diplomatie chinoise, Mao Ning, a estimé que ces propos relevaient de la "provocation".

"Cette remarque de la partie américaine est vraiment absurde, très irresponsable, ne reflète pas la réalité, contrevient aux pratiques diplomatiques et porte gravement atteinte à la dignité politique de la Chine", a-t-elle déclaré devant la presse.

"C'est ouvertement une provocation politique", a souligné la porte-parole.

"Contradictions"

Ces déclarations interviennent alors que le secrétaire d'Etat Antony Blinken a achevé lundi une visite de deux jours à Pékin, la première d'un chef de la diplomatie américaine en près de cinq ans.

Sa rencontre avec Xi Jinping avait été saluée par les deux pays comme une réussite après des mois de tensions, malgré la persistance de profonds désaccords.

Toujours à propos du président chinois, Joe Biden a encore déclaré: "Nous sommes dans une situation où il veut à nouveau établir une relation".

Le président américain a estimé que M. Blinken avait fait "du bon boulot" en Chine, mais expliqué qu'il "faudrait du temps" pour apaiser la relation très tendue entre les deux grandes puissances.

"Et d'ailleurs, je vous le promets, ne vous faites pas de souci à propos de la Chine. (...) La Chine a de vraies difficultés économiques", a encore dit le démocrate de 80 ans, en campagne pour sa réélection.

Moscou a de son côté raillé les "contradictions" de la politique étrangère américaine.

"Nous avons vu pendant des jours certaines informations sur (...) des déclarations conciliantes" de M. Blinken à Pékin, a relevé mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La critique exprimée par M. Biden dans la foulée est donc "tout à fait incompréhensible", a-t-il estimé devant la presse.

"Vraiment contrarié"

La rivalité tous azimuts entre Chine et Etats-Unis avait tourné à la crise diplomatique ouverte avec l'épisode du ballon en février.

Le président américain a évoqué un autre point de frictions avec la Chine: le sommet au cours duquel les dirigeants de l'Australie, de l'Inde, du Japon et des Etats-Unis - connus sous le nom de "Quad" - ont adressé en mai des critiques à peine voilées à la politique de Pékin en Asie-Pacifique, qu'ils considèrent comme une source d'instabilité.

Les quatre pays "travaillent main dans la main en mer de Chine méridionale et dans l'océan Indien", a déclaré M. Biden, selon qui cette démonstration d'unité entre les quatre pays était ce qui avait "vraiment contrarié" le président chinois.

PUBLICITÉ

Ce n'est pas la première fois que Joe Biden fait des déclarations marquantes lors de réceptions de levée de fonds, des événements en petit comité au cours desquels les caméras, les micros et les appareils photo sont exclus - les journalistes présents peuvent toutefois écouter les propos introductifs du président et les retranscrire.

C'est lors d'un événement de ce genre, en octobre 2022, que Joe Biden avait par exemple évoqué le risque d'une "apocalypse" nucléaire déclenchée par la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En visite éclair avant l'Otan, Joe Biden vante les liens avec Londres et rencontre le roi

Échange de prisonniers : une diplomatie de l'ombre entre Moscou et Washington

La Maison Blanche compte d'abord sur les entreprises pour réguler l'IA