EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Échange de prisonniers : une diplomatie de l'ombre entre Moscou et Washington

Bill Richardson, ex diplomate américain chargé de négocier des échanges de prisonniers
Bill Richardson, ex diplomate américain chargé de négocier des échanges de prisonniers Tous droits réservés Seth Wenig/Copyright 2021 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Seth Wenig/Copyright 2021 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le maintien en détention du journaliste Evan Gershkovich en Russie soulève la question des négociations menées dans l'ombre entre Washington et Moscou, pour échanger des prisonniers.

PUBLICITÉ

Ancien diplomate et ministre américain, Bill Richardson s'active pour obtenir la libération de ses compatriotes détenus dans des pays gouvernés par des régimes jugés "hostiles".

Depuis 2022, ses missions se concentrent essentiellement en Russie, où son expérience et ses contacts lui permettent de mener des pourparlers, parallèlement aux négociations menées dans l'ombre entre les administrations russe et américaine.

"J'ai une longue histoire avec le gouvernement russe en tant que membre du Congrès. Je m'y suis rendu en tant qu'ambassadeur des États-Unis et nous avons traité de nombreuses questions avec la Russie" indique-t-il au micro d'Euronews, assurant jouer un rôle en tant que citoyen, "en poussant les deux parties à faire avancer les questions humanitaires telles que les échanges de prisonniers".

"Le gouvernement américain a sa stratégie et je n'interfère pas, en particulier avec le journaliste du Wall Street Journal" poursuit-il en référence à Evan Gershovich, détenu depuis mars 2023 pour des soupçons d'espionnage ; une affaire classée secret par la Russie.

Depuis l'invasion russe de l'Ukraine, les relations entre Moscou et Washington sont glaciales, mais elles n'empêchent pas des contacts entre les deux puissances pour évoquer le sort de prisonniers, une diplomatie de l'ombre, qui fonctionne toujours selon Bill Richardson.

"Vous savez que ce que les Russes veulent en échange, ce sont des prisonniers russes" dit-il, soulignant l'importance de sujets connexes tels que la sécurité alimentaire, les céréales, les questions de sécurité nucléaire qui peuvent entrer en compte.

Certaines des affaires qu'il a eu à traiter ont été très médiatisées, comme celles de Brittney Griner, et Viktor Bout.

"Nous avons également travaillé sur le cas de Paul Whelan dans le passé au sein de l'administration Trump" indique-t-il, assurant que le dialogue était une nécessité absolue dans ce type de dossier.

Si Bill Richardson admet que les relations entre Washington et Moscou sont actuellement au plus bas, il ne perd pas espoir de faire sortir d'autres détenus des prisons russes.

"Les négociations sont peut-être un peu lentes, mais nous continuons à parler ... Et c'est positif." dit-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Echange de prisonniers : les cinq Américains libérés par l'Iran sont arrivés aux Etats-Unis

Qualifier Xi Jinping de "dictateur" est "absurde", répond Pékin à Biden

UE : accord sur un nouveau paquet de sanctions contre la Russie