PUBLICITÉ

Une Marche des parapluies organisée pour la Journée mondiale des réfugiés

À l'occasion de la journée mondiale des réfugiés, l'association "Forum Réfugiés" organisait sa traditionnelle marche des parapluies ce mardi à Lyon.
À l'occasion de la journée mondiale des réfugiés, l'association "Forum Réfugiés" organisait sa traditionnelle marche des parapluies ce mardi à Lyon. Tous droits réservés JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/AFP
Tous droits réservés JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/AFP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'association Forum réfugiés organise sa 19ème marche des parapluies à Lyon, le 20 juin. Objectif : rappeler le rôle des Etats dans l'accueil des populations réfugiées.

PUBLICITÉ

A l'occasion de la Journée Mondiale des Réfugiés se tenait à Lyon une "Marche des Parapluies". L'objectif: démontrer solidarité et protection aux demandeurs d'asiles, trop souvent seul à leur arrivée eu Europe.

"Sans les associations, j'aurais eu beaucoup de mal. Peut-être me renfermer, pourquoi pas me me suicider, avec tout ce qu'il y a..." assure Raissa Flore, une réfugiée.

La précarité que rencontrent les demandeurs d'asile en Europe a perdurer ces dernières années, selon l'ONG Forum Réfugiés.

Jean-François Ploquin, Directeur Général Forum Réfugiés, explique: "on utilise le symbole du parapluie, qui est un symbole de protection très simple, un parapluie blanc, pour passer le message qu'il faut continuer à accueillir les réfugiés. La France a accueilli à peu près autant de réfugiés en un an que de demandeurs d'asiles chaque année, à peu près 100 000: donc il a fallu accueillir "fois deux"."

Et pour palier à cette hausse, les associations ont recours de plus en plus à de nouvelles formes d'accueil: l'hébergement citoyen. Un rôle que connait bien Odile Lacour, de l'association Famille d'Accueil: "cela fait 10 ans que l'on accueille des demandeurs d'asiles, parce qu'on était scandalisés que bien qu'ils aient une autorisation de séjour, ils n'étaient pas logés, ils étaient à la rue."

Des cas malheureusement courant. Yacouba, qui vient d'obtenir le statut de réfugié il y a quelques jours, a pu sortir de la précarité : "quand je suis arrivé, c'était vraiment difficile, je dormais à la Part-Dieu. Je n'avais personne. Donc je suis accueillis par les familles, j'y reste."

Selon l'ONG Forum Réfugiés, les demandes d'asiles en Europe sont au plus haut niveau depuis 2016.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les multinationales vont embaucher 250 000 réfugiés à travers l'Europe

Allemagne : les réfugiés ukrainiens peinent à trouver un logement

L'Autriche veut externaliser les demandes d'asile en Afrique