UE : accord sur un nouveau paquet de sanctions contre la Russie

Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne
Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne Tous droits réservés Henry Nicholls/AFP or licensors
Tous droits réservés Henry Nicholls/AFP or licensors
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Etats membres de l'Union européenne se sont entendus sur un onzième paquet de mesures restrictives contre la Russie.

PUBLICITÉ

Les Etats membres de l’UE se sont entendus mercredi pour infliger un nouveau paquet de sanctions contre la Russie dans le cadre de l’invasion de l’Ukraine.

L'objectif principal cette fois-ci est de lutter contre le contournement des mesures imposées depuis février 2022.

Les 27 s'inquiètent de l’augmentation des exportations de l'UE vers des pays situés à la périphérie de la Russie, tels que l'Arménie, l'Ouzbékistan et le Kazakhstan, ce qui pourrait indiquer que des produits figurant sur la liste noire européenne finissent, au bout du compte, dans les mains du Kremlin.

Les nouvelles sanctions renforcent les contrôles à l'exportation et introduisent un nouveau mécanisme permettant de cibler les entreprises non-russes soupçonnées de prendre part au contournement.

Les détails spécifiques ne sont pas encore connus dans l'immédiat.

"Je me félicite de l'accord politique sur notre 11e paquet de sanctions", déclare la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

"Elle portera un nouveau coup à la machine de guerre de Poutine en renforçant les restrictions à l'exportation et en ciblant les entités qui soutiennent le Kremlin. Notre outil anti-contournement empêchera la Russie de mettre la main sur les marchandises sanctionnées".

Cette avancée intervient quelques heures seulement après que les autorités ukrainiennes ont décidé de suspendre temporairement l'inscription de cinq compagnies maritimes grecques sur sa liste des "parrains internationaux de la guerre".

La Grèce et la Hongrie ont bloqué pendant des semaines l'accord sur les nouvelles sanctions proposées il y a plus d'un mois, pour protester contre la désignation par Kyiv de leurs compagnies nationales.

Néanmoins, les autorités ukrainiennes maintiennent dans leur liste la banque OPT, le plus grand établissement bancaire commercial de Hongrie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Échange de prisonniers : une diplomatie de l'ombre entre Moscou et Washington

La Russie éviterait les sanctions à cause des lacunes de l'union douanière de l'UE selon Gentiloni

Charles Michel : la loi sur "l'influence étrangère" éloigne la Géorgie de l'adhésion à l'UE