EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le siège britannique de TotalEnergies "repeint" par des militants du climat

Les militants de "Just Stop Oil" devant le siège britannique de TotalEnergies, à Londres, juin 2023.
Les militants de "Just Stop Oil" devant le siège britannique de TotalEnergies, à Londres, juin 2023. Tous droits réservés HENRY NICHOLLS/AFP or licensors
Tous droits réservés HENRY NICHOLLS/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les membres de “Just Stop Oil” dénoncent les mégaprojets du groupe en Ouganda.

PUBLICITÉ

Des militants du climat ont aspergé de peinture le siège britannique de TotalEnergies à Londres. Les membres de “Just Stop Oil” dénoncent deux mégaprojets du groupe en Ouganda : le projet de forage pétrolier Tilenga, et le projet d'oléoduc EACOP (East African Crude Oil Pipeline).

Vingt-six Ougandais et cinq associations françaises et ougandaises ont par ailleurs lancé mardi une nouvelle action en justice en France pour demander "réparation" au géant français TotalEnergies pour les "préjudices" causés selon eux par son mégaprojet pétrolier controversé en Ouganda.

Ils dénoncent diverses "violations des droits humains" - expropriations abusives, compensations insuffisantes, harcèlement, inondations des terres notamment - causées selon eux par deux chantiers colossaux.

"Ce qu'on demande au tribunal, c'est de reconnaître la responsabilité civile de Total et de les condamner à indemniser les personnes affectées pour les violations qui ont été subies", notamment celles de leurs droits à la terre et à l'alimentation, a déclaré lors du point de presse Juliette Renaud, porte-parole des Amis de la Terre.

Les personnes affectées "sont principalement des agriculteurs qui vivent de leurs terres, c'est souvent leur unique moyen de subsistance", a-t-elle souligné.

Réagissant mardi à cette nouvelle action en justice, TotalEnergies dit "considérer" que son plan de vigilance "est mis en œuvre de manière effective", dans un message transmis à l'AFP. Le groupe dit s'être "assuré que ses filiales en Ouganda et en Tanzanie ont appliqué les plans d'actions adaptés afin de respecter les droits des communautés locales et d'assurer le respect de la biodiversité, dans le cadre des projets d'intérêt national décidés par les Etats ougandais et tanzaniens".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les militants allemands changent de stratégie pour défendre le climat

No Comment : des militants aspergent de peinture un arbre de Noël Gucci à Milan

COP27 : le PDG de TotalEnergies interpellé par des militants