COP27 : le PDG de TotalEnergies interpellé par des militants

Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, pris à partie par des militants lors de la COP27 à Charm el-Cheikh en Egypte, le 11 novembre 2022
Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, pris à partie par des militants lors de la COP27 à Charm el-Cheikh en Egypte, le 11 novembre 2022 Tous droits réservés FAYEZ NURELDINE/AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Patrick Pouyanné s'est vu reproché sa participation à une conférence sur le changement climatique, dont la cause première est l'usage des combustibles fossiles. Les activistes ont également reproché au dirigeant du groupe français des projets lancés en Russie et Afrique.

PUBLICITÉ

"J'ai le droit d'être ici! ". C'est en substance ce qu'a répondu le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, à des militants qui l'avaient interpellé, ce vendredi, sur sa présence à la COP27 à Charm el-Cheikh en Egypte. Cet échange s'est produit alors que de nombreuses ONG ont vivement dénoncé la venue de représentants des énergies fossiles à cette conférence internationale sur les changements climatiques.

Patrick Pouyanné a donc été pris à partie alors qu'il s'apprêtait à rejoindre une conférence. Le patron du géant pétrolier et gazier français a ainsi été interpellé par des militants de la cause environnementale et des droits humains, le contraignant à brièvement s'abriter dans le pavillon de la Guinée. 

S'en est suivi un rapide échange tendu avec des militants, qui reprochent à TotalEnergies de mener des projets en Russie et en Afrique de l'Est. 

Deux mégaprojets du groupe français en Ouganda et Tanzanie sont notamment attaqués par six ONG depuis 2019 devant la justice française.  Les ONG ont ainsi dans leur viseur deux chantiers colossaux intrinsèquement liés : le projet "Tilenga", un forage de 419 puits en Ouganda, dont un tiers dans le parc naturel des Murchison Falls, et le projet EACOP (East African Crude Oil Pipeline), le plus long oléoduc chauffé au monde, destiné à transporter les hydrocarbures de Tilenga jusqu'à l'Océan indien en traversant la Tanzanie sur 1 445 km. 

Ces projets sont entrés en pleine phase de construction en février lorsque TotalEnergies a annoncé un accord d'investissement de 10 milliards de dollars avec l'Ouganda, la Tanzanie et la compagnie chinoise CNOOC, pour produire dès 2025.

Les activistes ont aussi reproché à Patrick Pouyanné sa participation à une conférence sur le changement climatique - dont la cause première est l'usage des combustibles fossiles.  

"J'ai le droit d'être ici", a-t-il répondu à l'un d'entre eux. "Je vous respecte donc respectez moi, c'est tout ce que je vous demande", a-t-il ajouté.

"Nous livrons du gaz à l'Europe parce que l'Europe en a besoin", a ajouté le patron de l'énergéticien français, dont l'entreprise a maintenu sa présence sur son site de gaz naturel liquéfié (GNL) sibérien, Yamal.

"Aujourd'hui Mr Pouyanné a été interpellé pour l'impact destructif de son entreprise, de l'Europe de l'est à l'Afrique", a commenté Global Witness.

"Il est juste l'un des plus de 600 lobbyistes des industries fossiles qui ont envahi les négociations de l'ONU sur le climat", a ajouté l'ONG, qui estime que le nombre de ces lobbyistes est en hausse de plus de 25% par rapport à la COP26 qui a eu lieu l'année dernière à Glasgow.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le siège britannique de TotalEnergies "repeint" par des militants du climat

De Charm el-Cheikh à Madrid : samedi de manifestations pour le climat

La Catalogne autorise les seins nus et le burkini dans les piscines publiques