PUBLICITÉ

Les tensions baissent autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia

La centrale nucléaire de Zaporijia
La centrale nucléaire de Zaporijia Tous droits réservés AP/Satellite image ©2023 Maxar Technologies
Tous droits réservés AP/Satellite image ©2023 Maxar Technologies
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La plus grande centrale d'Europe, aux mains des Russes depuis mars 2022, est au cœur d'accusations croisées entre Kyiv et Moscou.

PUBLICITÉ

La tension diminue autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le Sud-Est de l'Ukraine mais les craintes d'une accident fatal sont toujours fortes. Moscou a démenti mercredi soir avoir posé des explosifs sur le toit de l'usine pour simuler une attaque, et affirmé répliquer avec fermeté à toute offensive ukrainienne.

Dans les villes proches du complexe énergétique, les simulations d'évacuations se sont multipliés. Les habitants restent sur le qui-vive.

"Nous croyons que tout est possible. On ne peut pas en plaisanter. On ne sait pas à quoi s'attendre de ces gens qui ont envahi nos terres. Tout peut leur venir à l'esprit. Alors oui, nous Je pense que la menace est réelle" affirme Valery Golovan, un policier habitant la région.

Natalia Fedosh, évacuée il y a quelques mois d'Energodar, ajoute : "s'ils devaient faire exploser la centrale nucléaire, cela affecterait la Russie, ou la moitié de la Russie à coup sûr, et la moitié de l'Europe. Tchernobyl n'est rien comparé à notre centrale nucléaire."

"En cas d'urgence, les plans d'intervention pertinents qui ont déjà été préparés et testés seront activés. Au fait , nous les avons de nouveau pratiquées la semaine dernière. Les unités du service seront impliquées dans la décontamination des personnes et du matériel quittant la zone contaminée" assure Oleksiy Arnautov, chef du centre éducatif de la protection civile de Zaporijjia.

Le 14 juin dernier, des sacs de sable ont été aperçus sur le toit d’un réacteur, comme si une position russe y était installée. Les images satellite n'ont montré aucune preuve visuelle d'activité inhabituelle. L’agence internationale de l’énergie atomique, qui dispose de personnels sur place, affirme ne pas avoir détecté de traces d’explosif.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Centrale de Zaporijjia : l'AIEA est-elle libre d'exercer sa mission en toute indépendance ?

Ukraine : quatre morts à Lviv dans une attaque contre un immeuble résidentiel

Ukraine : tensions autour de Zaporijjia et désolation un mois après les inondations massives