PUBLICITÉ

Lettonie : Edgars Rinkevics, premier président ouvertement homosexuel de l'UE

Edgars Rinkevics, le premier président ouvertement homosexuel d'un pays de l'Union européenne, Riga, 2023
Edgars Rinkevics, le premier président ouvertement homosexuel d'un pays de l'Union européenne, Riga, 2023 Tous droits réservés Roman Koksarov/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Roman Koksarov/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il a été investi ce samedi à Riga. Il est membre du parti Unité, un parti politique letton libéral-conservateur.

PUBLICITÉ

Edgars Rinkevics, a prêté serment en tant que président de la Lettonie samedi à Riga, après une élection réussie en mai.

Lui qui était ministre des affaires étrangères de la Lettonie depuis 2011, est devenu le premier chef d'État ouvertement homosexuel d'un pays de l'Union européenne.

Il avait annoncé publiquement son homosexualité en 2014. 

Bien qu'il s'agisse d'une fonction essentiellement cérémoniale, Edgars Rinkevics, en tant que président de la Lettonie, peut opposer son veto à des lois et convoquer des référendums.

Dans son discours d'investiture, il s'est engagé à soutenir les efforts de guerre de l'Ukraine contre la Russie et a souligné l'importance d'une politique étrangère exempte d'erreurs et mise en oeuvre de manière rapide, décisive et judicieuse.

Il a également abordé le problème de l'inégalité en Lettonie et a encouragé les jeunes citoyens à briser le plafond de verre.

Edgars Rinkevics avait remporté le troisième tour de l'élection présidentielle organisée le 31 mai 2023. Il est membre du parti libéral-conservateur "Unité".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Lettonie : près de 14 000 personnes chantent l'hymne ukrainien

Quelle est l'importance d'un salaire minimum européen adéquat ? Le cas de la Lettonie

La présidente géorgienne a mis son veto à la "loi russe", "un sabotage de notre voie européenne"