EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Syrie et Turquie : cinq mois après les tremblements de terre

Une ville provisoire de tentes dans le nord-ouest de la Syrie pour héberger les victimes des séismes
Une ville provisoire de tentes dans le nord-ouest de la Syrie pour héberger les victimes des séismes Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Knarik Papoyan(Traduction)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en russe

Qu'est-ce qui a changé en Syrie et en Turquie au cours des cinq mois qui ont suivi le tremblement de terre dévastateur ? Un représentant de l'UNICEF et un volontaire des Casques blancs syriens parlent de la situation actuelle.

C'était en février dernier : en plein hiver, des tremblements de terre dévastateurs ont frappé le sud de la Turquie et le nord-ouest de la Syrie, faisant plus de 50 000 morts et affectant gravement la vie de millions de personnes qui se sont subitement retrouvées sans abris.

PUBLICITÉ

Paolo Marchi, représentant de l'UNICEF en Turquie, nous a expliqué ce qui a été fait depuis et ce dont les régions touchées ont besoin.

"La situation a changé au cours de ces cinq mois. Nous sommes passés par le drame, par les images catastrophiques que tout le monde a probablement vues, puis par le rétablissement. À l'heure actuelle, je dirais que nous sommes déjà dans la phase de rétablissement, en ce sens que la reconstruction a commencé dans certains centres urbains ", a déclaré M. Marchi.

La vie reprend son cours normal, mais l'UNICEF estime qu**'environ 4 millions d'enfants** ont encore besoin d'une aide humanitaire et que 1,6 million de personnes vivent dans des tentes ou d'autres abris temporaires. Les besoins humanitaires sont encore plus importants pour les personnes vivant en dehors des villes.

OZAN KOSE/AFP or licensors
Un village de tentes à Antakya, dans le sud-est de la Turquie.OZAN KOSE/AFP or licensors

Mais même dans les villes, les gens ont grand besoin d'aide. En Turquie, de nouvelles mesures sont proposées, telles que la réduction des impôts et leur maintien à un niveau inférieur pendant un certain temps.

Le besoin d'aide restera élevé pendant longtemps : la tragédie a touché environ 15 millions de personnes en Turquie et plus de 5 millions en Syrie.

Du pain quotidien, de l'eau et des écoles

De nombreux défis restent à relever. L'un d'entre eux consiste à fournir de l'eau potable à la population. Au cours d'un été déjà très chaud, cet aspect est particulièrement important. Selon l'UNICEF, 1,6 million de personnes vivant dans des campements temporaires en Turquie n'ont toujours pas d'accès régulier à l'eau. La situation en Syrie est d'autant plus compliquée que le pays est toujours en guerre.

ABDULAZIZ KETAZ/AFP or licensors
Après un bombardement des forces gouvernementales syriennes à Sarmin, dans la province d'Idlib contrôlée par les rebelles, le 9 avril 2023.ABDULAZIZ KETAZ/AFP or licensors

Un autre problème concerne l'accès des enfants à l'éducation. Le pays est actuellement en vacances d'été et le ministère de l'éducation tente de préparer la nouvelle année scolaire afin que les enfants des zones touchées puissent aller à l'école régulièrement.

Pendant ce temps, dans des centres d'apprentissage temporaires, les enfants rattrapent ce qu'ils ont manqué pendant la tragédie durant les vacances d'été. En Syrie, dans les territoires contrôlés par les rebelles, des bus transformés en salles de classe mobiles circulent dans les camps de déplacés.

RAMI AL SAYED/AFP or licensors
Un bus transformé en salle de classe mobile dans le camp de déplacés de Jindairis, dans la province d'Alep, le 23 mai 2023.RAMI AL SAYED/AFP or licensors

Médecins et psychologues en première ligne

Les personnes sont traumatisées à la fois par ce qu'il s'est passé et par leur nouvelle vie quotidienne. Les médecins et les psychologues sont très demandés. L'UNICEF-Turquie s'efforce d'envoyer le plus grand nombre possible de spécialistes dans les zones sinistrées.

"Nous avons de très bons partenaires ainsi que des personnes spécialisées dans les traumatismes liés aux tremblements de terre. Heureusement, il y a ici en Turquie des capacités qui ne sont probablement pas disponibles dans d'autres pays ", explique Paolo Marchi.

L'UNICEF s'efforce de créer un environnement protecteur pour que les enfants puissent parler de leurs traumatismes. Plus de 50 centres ont été créés à cet effet, mais il en faut davantage. Les enfants qui ont survécu au tremblement de terre de 1999 disent aujourd'hui, en tant qu'adultes, qu'ils auraient aimé bénéficier du soutien psychologique dont les enfants bénéficient aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, le traumatisme psychologique impactera la vie des habitants encore longtemps.

Dans le nord-ouest de la Syrie, les personnes qui vivaient dans des camps avant les tremblements de terre sont toujours là, et certains blessés attendent toujours un traitement adéquat. Ils sont eux aussi traumatisés par ce qu'il s'est passé mais, contrairement à la Turquie, ils ne peuvent pas compter sur l'aide qualifiée de psychologues.

"Nous ne disposons pas du type de soutien dont chaque famille pourrait avoir besoin pour surmonter ce traumatisme. Dans les camps, nous, les Casques blancs, faisons quelque chose. Mais ce n'est pas suffisant. Nous avons besoin de personnes plus spécialisées pour les aider. Des ONG locales ou internationales travaillent ici. Mais nous n'avons pas de centres de ce type ", explique Ismail Abdullah, un volontaire des Casques blancs, une ONG qui opère dans les territoires contrôlés par les rebelles. Il est sur le terrain depuis le début, aidant à sauver des personnes sous les décombres.

"Il faut d'abord arrêter la guerre !

Les volontaires des Casques blancs sont maintenant passés à l'étape suivante : ils s'emploient à déblayer les décombres, à aider les gens à sortir des zones où les bâtiments d'urgence risquent de s'effondrer à tout moment, à installer des camps de tentes et à construire des routes pour faciliter le transport vers les camps.

Mais ils affirment que le travail de reconstruction est entravé par les bombardements incessants et que les besoins de la population ne sont satisfaits qu'à 10 ou 20 %.

OMAR HAJ KADOUR/AFP or licensors
Bombardement par les forces russes dans la campagne occidentale d'Idlib, contrôlée par les rebelles syriens, le 8 septembre 2022.OMAR HAJ KADOUR/AFP or licensors

"Il y a des bombardements et des craintes d'une nouvelle offensive sur le terrain de la part de la Russie et des forces du régime. Si seulement nous pouvions ramener les gens chez eux, les aider à quitter les camps... C'est un besoin urgent ", déclare Ismail avant d'ajouter : "Mais pour cela, il faut d'abord arrêter la guerre".

Journaliste • Knarik Papoyan

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Turquie : Antioche, un an après le tremblement de terre dévastateur

Turquie : l'inflation grimpe à 59 %

Troubles économiques et flambée des prix : quelle est l'ampleur de la pauvreté en Turquie ?