EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Coup de feu dans un TGV entre Annecy et Paris : un forcené interpellé

Archive
Archive Tous droits réservés Kelvin Chan/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Kelvin Chan/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Scène de panique ce jeudi dans un TGV à destination de Paris. Un coup de feu a été tiré alors qu'un policier et des passagers tentaient de maîtriser un forcené.

PUBLICITÉ

Un drame à grande vitesse a été évité de justesse ce jeudi. Un policier en civil, aidé de quelques passagers, a réussi jeudi à maîtriser un homme armé d'un couteau dans un TGV Annecy-Paris, après une bagarre au cours de laquelle un coup de feu a été tiré, sans faire de blessé mais provoquant l'effroi des passagers.

Alors que le train était lancé à pleine vitesse, un homme de nationalité étrangère -qui n'a pas été précisée- a cassé une vitre "à l'aide d'un marteau brise-vitre", a expliqué la vice-procureure de Châlon-sur-Saône, Angélique Depetris, dans un communiqué.

"Devant le danger évident de la situation, ne réussissant pas à maîtriser l'individu", les contrôleurs ont fait "appel à un policier en civil, muni de son arme, présent à bord du train".

Mais malgré la présence du policier muni de son brassard, l'homme restait "incontrôlable": le policier a alors procédé "en vain aux sommations d'usage", mais l'individu s'est jeté sur lui et a réussi au cours de la rixe à s'emparer de son pistolet, pourtant rangé, et "à le chambrer" (charger, NDLR), a indiqué la vice-procureure.

Le policier est parvenu "à maintenir l'arme vers le sol", mais au cours de la lutte, un coup est parti, se logeant par chance dans le sol. "Avec l'aide de quelques passagers", le policier est finalement "parvenu à maîtriser l'agresseur", selon Mme Depetris.

L'attaque s'est produite près du Creusot, où l'homme a été arrêté avant d'être placé en garde à vue à Autun pour "tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique, port d'arme de catégorie D et dégradation de bien d'utilité publique", a indiqué la vice-procureure. Il avait dans sa poche un couteau à cran d'arrêt.

Une passagère a expliqué à l'AFP qu'"après la gare de Mâcon, un individu, qui était à l'entrée du sas, est entré avec des mains pleines de sang".

"J'ai dit au passager derrière moi: +ce type-là est bizarre+. Je me suis aperçue qu'il avait cassé avec un marteau la vitre du train (...) Il était complètement hagard, ailleurs", a raconté la passagère, qui se trouvait en voiture n°2.

"Le monsieur s'est levé, il a essayé de le maîtriser, c'est parti en bagarre, coups de poings, coups de pieds. Il y a eu des cris", a-t-elle raconté.

"Là, un policier en civil, qui montait à Paris pour le 14-juillet et qui était en voiture n°5, a été appelé par le contrôleur (...) Le policier était en short-T-shirt, il avait son arme sur lui. Il a essayé de maîtriser l'homme, un étranger, qui ne parlait pas français. (Ce dernier) a pris l'arme du policier et a tiré deux coups de feu", a affirmé la passagère de 49 ans.

"Ca criait. On s'est tous couché entre les sièges, car on avait peur qu'il rentre dans le wagon, il était à moins de dix mètres".

"Ils ont demandé des ceintures aux gens qui en avaient sur eux, on leur a donné trois, quatre ceintures pour essayer de le maîtriser mais c'était très compliqué, même s'il n'était pas épais". Grâce au policier et "ce monsieur de la SNCF, le passager derrière moi qui était en civil", "on a échappé à une catastrophe", a-t-elle expliqué.

Les passagers en ayant exprimé le besoin ont pu bénéficier d'un soutien psychologique, selon elle.

Ils ont pu repartir vers Paris grâce à un TGV venu de Lyon pour les prendre en charge, "la rame étant mobilisée pour les besoins de l"enquête", a indiqué la SNCF.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : cinq ouvriers meurent percutés par un train près de Turin

Journée “prisons mortes” en France suite à l'attaque d'un fourgon pénitentiaire

Attaque à l'arme blanche à Paris : trois blessés, un suspect interpellé