Grèce : la colère monte face aux incendies

Le village d'Avas, dans le nord de la Grèce, le 24 août 2023
Le village d'Avas, dans le nord de la Grèce, le 24 août 2023 Tous droits réservés Euronews Bulgarien
Tous droits réservés Euronews Bulgarien
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Grèce, la colère monte face aux incendies qui ravagent le pays. Le thermomètre flirte avec les 40 degrés et 60 000 hectares sont partis en fumée en quelques jours.

PUBLICITÉ

Colère et amertume en Grèce alors que le pays est ravagé par les incendies pour la deuxième fois en un mois.

Les Grècs reprochent aux autorités de ne pas prendre suffisamment de mesures de prévention contre les feux.

Le nord de la Grèce face à un immense incendie qui a commencé samedi près du port d'Alexandropoli.

Dans cette région, 60 000 hectares sont partis en fumée en quelques jours.

Giorgios, maire d'Avos : "Cela a été très difficile pour nous. Le feu était partout, il avait envahi toutes les parties du village. Nous avons ordonné l'évacuation immédiate des habitants".

Le ministre de la Protection civile, Vassilis Kikilias accuse des pyromanes d'allumer des feux et de mettre "en danger les forêts, des propriétés et des vies humaines".

Le thermomètre flirte par endroits avec les 40 degrés. La sécheresse et les vents violents compliquent le travail de pompiers.

Aux portes d'Athènes, les flammes dévastatrices attisées par des températures élevées et des vents forts continuent par endroits de progresser sur les contreforts du mont Parnès où se trouve la plus grande forêt proche de la capitale.

"Les plus grands fronts de feu se trouvent (sur le mont) Parnès où d'importantes forces de lutte contre les incendies s'efforcent de les contenir", a indiqué le porte-parole des sapeurs-pompiers, Yannis Artopoios.

Elles menacent depuis deux jours un parc national qui abrite notamment de nombreuses espèces d'oiseaux, des sapins de Céphalonie, des pins d'Alep et des chênes, selon les sapeurs-pompiers.

Quelque 260 pompiers et dix avions sont déployés dans cette région qui mêle forêt et tissu urbain, à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale.

Parmi eux, 25 sapeurs-sauveteurs français déployés dans le cadre du mécanisme de protection civile européen. "La situation est assez complexe et évolutive", indique à l'AFP le capitaine Nicolas Simon, et "beaucoup de parties du feu sont soumises au vent et se réactivent régulièrement".

Ces incendies ont également entraîné des évacuations de zones d'habitations.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le gouvernement grec présente son plan pour la préservation des forêts contre les incendies

Grèce : les habitants de Mati veulent obtenir justice, six ans après l'incendie meurtrier

En Grèce, la saison des incendies a déjà repris, 72 feux déclarés