A Kharkiv, l'héritage russe délaissé au profit de la culture ukrainienne

Théâtre académique de marionnettes de Kharkiv
Théâtre académique de marionnettes de Kharkiv Tous droits réservés frame
Tous droits réservés frame
Par euronews avec agence
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après deux ans et demi de guerre, de larme et sang versé, les habitants de la ville de Kharkiv, de tradition russophone, se réfugient dans la culture ukrainienne.

PUBLICITÉ

Peu de villes en Ukraine font autant d'efforts que Kharkiv, ville de tradition russophone, pour se débarrasser de son passé. Des centaines de rues portant des noms soviétiques ont été rebaptisées, des dizaines de monuments ont été démolis et d'innombrables livres écrits en ukrainien ont remplacé les livres russes sur les étagères des bibliothèques ou des rayonnages des libraires.

Oleksandr Savchuk, historien et éditeur : "Ces livres ont un effet thérapeutique sur les gens. En d'autres termes, une personne semble bénéficier d'une certaine protection en lisant que la culture ukrainienne existe, que l'art ukrainien existe, que l'État ukrainien existe et qu'il y a des artistes, des peintres, des architectes, des sculpteurs et des personnalités publiques remarquables parmi les Ukrainiens. Tout cela nous concerne. Il s'agit d'acquérir une identité. C'est pourquoi les gens achètent ces livres. "

Kharkiv était traditionnellement une ville majoritairement russophone, mais le déclenchement de la guerre a poussé de nombreux citoyens à se tourner vers l'ukrainien.

Mykola Kolomiets, directeur de l'atelier d'art Aza Nizi Maza : "Au début de l'invasion, quand je disais quelque chose en russe, j'avais l'impression d'avoir un goût désagréable dans la bouche, comme si j'avais mangé quelque chose de pourri."

Après un an et demi de guerre, il est difficile de tenir un débat serein sur l'utilisation de la langue de l'agresseur.

Natalya Denisova, créatrice de marionnettes du Théâtre académique de marionnettes de Kharkiv : "Les gens ont vécu avec cette langue. Parfois, elle a été imposée avec force. Il se trouve que, de gré ou de force, les gens parlaient surtout le russe. Et si nous disons que cela s'est produit par la force, que la langue russe a été imposée ici, je doute que nous devions l'imposer. Nous ne serions alors pas différents les uns des autres."

Alimentée par les bombes russes mais aussi par les autorités ukrainiennes, la guerre a accéléré le processus de dé-russification entamé après la chute de l'Union soviétique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : "Nus pour l'effort de guerre", la campagne qui soutient la dépénalisation du porno

Guerre en Ukraine : 2,4 milliards d'euros de dommages au patrimoine culturel

États-Unis : la Chambre des représentants approuve l'aide à l'Ukraine, à Israël et à Taïwan