EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La Roumanie, voisine de l'Ukraine, a trouvé de possibles débris de drone sur son sol

Le ministre roumain de la Défense s'est rendu sur place.
Le ministre roumain de la Défense s'est rendu sur place. Tous droits réservés AP/AP
Tous droits réservés AP/AP
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Roumanie a trouvé de possibles débris de drone sur son territoire, a annoncé ce mercredi Bucarest, qui avait démenti lundi des affirmations de Kyiv selon lesquelles des engins explosifs russes étaient tombés dans ce pays voisin membre de l'Otan.

PUBLICITÉ

"Les enquêteurs ont découvert dans la soirée du 5 septembre (mardi) des éléments s'apparentant à des débris de drone", a déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué.

Des expertises techniques vont désormais être menées pour déterminer "leur origine" et "les conclusions seront publiées dès que possible", est-il indiqué.

Ces fragments ont été repérés dans le voisinage de Plauru, un village roumain situé juste en face du port fluvial d'Izmaïl, sur le Danube qui sépare la Roumanie de l'Ukraine.

Le président Klaus Iohannis, qui avait fermement nié la veille la présence de tout débris sur le sol roumain, a annoncé avoir informé, via son ambassadeur, "le secrétaire général de l'Otan et les alliés" de ce nouveau développement.

"S'il était confirmé que ces éléments appartenaient à un drone russe, une telle situation serait complètement inadmissible et constituerait une grave violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Roumanie", a-t-il lancé à l'ouverture du sommet de l'Initiative des trois mers, réunissant des dirigeants d'Europe centrale et orientale.

"Les alliés ont exprimé leur forte solidarité avec la Roumanie", a commenté dans la soirée le porte-parole de l'Alliance atlantique, Dylan White, dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Nous continuons à surveiller attentivement la situation", a-t-il ajouté, rappelant que l'Otan avait "fortement renforcé" ses forces dans la région de la mer Noire depuis le début de la guerre.

"En sécurité"

Les autorités roumaines avaient "catégoriquement" démenti lundi les allégations de l'Ukraine mais avaient cependant poursuivi leurs recherches dans la zone qui avait été identifiée par Kyiv, où les morceaux ont été mis au jour.

"Il n'est pas possible à ce stade de faire le lien avec les attaques survenues dans la nuit de dimanche à lundi ou avec de précédentes attaques", a précisé Constantin Spinu, porte-parole du ministère de la Défense, sur la chaîne de télévision Digi24.

Dans l'opposition, le parti de centre-droit USR a accusé le gouvernement d'avoir "caché la poussière sous le tapis" et d'avoir "menti pendant deux jours".

"La situation d'aujourd'hui est différente de celle d'hier, c'est tout. Nous avons communiqué de bonne foi sur la base des preuves dont nous disposons", s'est défendu Klaus Iohannis.

Depuis la suspension en juillet de l'accord qui permettait à l'Ukraine d'exporter ses céréales via la mer Noire, la Russie multiplie les bombardements dans la région du sud-ouest de l'Ukraine frontalière de la Roumanie où se trouvent des infrastructures capitales pour ce commerce.

Une personne a été tuée par une nouvelle attaque de drones russes dans les environs du port ukrainien d'Izmaïl, a indiqué mercredi le gouverneur local.

"Les gens paniquent un peu. Nous avons seulement 370 mètres qui nous séparent", a réagi auprès de l'AFP Timur Cius, maire du village de Chilia Veche. "Comment pouvons-nous vivre dans ces conditions ?", a-t-il confié. "Mais nous nous sentons en sécurité parce que nous sommes un pays de l'Otan".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les travailleurs de la santé ont manifesté en Roumanie

La coalition au pouvoir en Roumanie annonce la fusion des élections européennes et locales

Agriculteurs et routiers roumains bloquent le transit de camions venus d'Ukraine