EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Emmanuel Macron au Bangladesh : "la France sera de nouveau à vos côtés"

Le président français Emmanuel Macron et la Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina se serrent la main lors d'une réunion bilatérale à Dacca, le 11 septembre 2023.
Le président français Emmanuel Macron et la Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina se serrent la main lors d'une réunion bilatérale à Dacca, le 11 septembre 2023. Tous droits réservés -/AFP or licensors
Tous droits réservés -/AFP or licensors
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Emmanuel Macron est arrivé dimanche soir au Bangladesh pour "ouvrir une nouvelle page" avec ce pays. Il veut ainsi consolider" la "stratégie indopacifique" de la France après le sommet du G20 en Inde.

PUBLICITÉ

Emmanuel Macron est au Bangladesh pour "ouvrir une nouvelle page" avec ce pays. Après le sommet du G20 en Inde, le président français a profité de la proximité géographique pour faire un saut au Bangladesh estimant que ce pays "retrouve progressivement sa place sur la scène internationale". Emmanuel Macron souhaite ainsi "consolider" la "stratégie indopacifique" de la France.

Lors d'un dîner officiel à Dacca avec la Première ministre Sheikh Hasina, le président français a salué "la formidable réussite du Bangladesh", et souligné qu'elle était "fondée sur les principes démocratiques et l'Etat de droit". 

Il a promis que la France serait de nouveau aux côtés du Bangladesh, notamment face au défi de l'adaptation au réchauffement climatique dans un pays régulièrement exposé à des inondations.

Sheikh Hasina a salué de son côté ce plaidoyer français "en faveur de l'autonomie stratégique", qui "coïncide avec notre propre politique étrangère". "Vous apportez un bol d'air frais aux relations internationales", a-t-elle dit à son invité.

Les deux dirigeants ont fait référence à l'ancien ministre français André Malraux, engagé pour l'indépendance du Bangladesh au début des années 1970.

"Dans une région confrontée à un nouvel impérialisme, nous voulons proposer une troisième voie, sans volonté d'intimider nos partenaires ou de les embarquer dans des plans insoutenables", a lancé Emmanuel Macron, dans une allusion aux aides chinoises accusées d'alourdir dangereusement la dette des pays plus pauvres.

Lundi, après une visite au mémorial Sheikh Mujibur Rahman, fondateur du Bangladesh et père de l'actuelle cheffe du gouvernement, Emmanuel Macron doit avoir un entretien bilatéral avec cette dernière avant de regagner Paris.

La présidence française a estimé qu'après avoir invité le Premier ministre indien Narendra Modi à la fête nationale du 14 Juillet cet été à Paris, et une étape au Sri Lanka fin juillet à la fin d'une tournée dans le Pactifique, Emmanuel Macron "en l'espace de six mois" en avait "fait plus sur l'Asie du Sud qu'en l'espace d'une décennie".

La visite à Dacca sera également "l'occasion d'approfondir la relation bilatérale avec un pays qui connaît un rapide développement économique (..) et qui cherche à diversifier ses partenariats", a relevé l'Elysée.

Sources additionnelles • AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine au menu du G20 à New Dehli, mais pas seulement

Un terrible incendie dans la capitale bangladaise a fait au moins 43 morts

A trois mois des élections au Bangladesh, un des leaders de l'opposition a été inculpé de meurtre