EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Espace Schengen : les contrôles aux frontières font-ils leur retour sur le continent européen ?

L'Allemagne renforce les contrôles aux frontières avec la Pologne et la République tchèque
L'Allemagne renforce les contrôles aux frontières avec la Pologne et la République tchèque Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Mihhail Salenkov
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en russe

Certains pays de l'espace Schengen ont repris les contrôles à leurs frontières intérieures. Les raisons sont nombreuses, mais en tête arrive la lutte contre les trafic d'êtres humains. Cela empêchera-t-il la Roumanie et la Bulgarie de rejoindre l'espace Schengen ? Quelques éléments de réponse.

PUBLICITÉ

L'un des grands principes de l'accord de Schengen est la libre circulation des citoyens. Il n'y a donc pas de contrôles aux frontières intérieures des pays du groupe.

Toutefois, certaines clauses du traité prévoient le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières, principalement en cas de menace pour l'ordre public ou la sécurité intérieure.

En 2023, au moins sept États Schengen auront bénéficié de ces dispositions du code frontières.

"Le code frontières Schengen permet aux États membres de réintroduire les contrôles aux frontières en cas de menace grave pour leur sécurité nationale, à condition que cette mesure soit nécessaire en dernier ressort et qu'elle soit temporaire. Aujourd'hui, les États Schengen interprètent ces conditions de manière très large ", explique Eugenio Cusumano, professeur associé de sciences politiques à l'université de Messine.

Selon le politologue, cette situation crée un "effet domino" : les pays voisins de l'État qui rétablit les contrôles aux frontières suivent son exemple.

"Le rétablissement des contrôles aux frontières est utilisé comme un signal pour le public : le gouvernement est intransigeant sur l'immigration", explique M. Cusumano, notant qu'il s'agit d'une stratégie très attrayante à une époque où le sentiment populiste est en plein essor.

"Ce que nous voyons aujourd'hui est un autre exemple de la fragilité de la zone Schengen. L'Allemagne et maintenant d'autres États membres rétablissent les contrôles aux frontières. Cela se produit pour plusieurs raisons, notamment politiques. En particulier, cela est lié aux prochaines élections locales et nationales, qui mettent la pression sur les gouvernements centraux", explique Alberto-Horst Neidhardt, responsable du programme sur les migrations au Centre for European Policy.

Elle est également liée à l'arrivée d'un grand nombre de migrants dans les pays du sud de l'Europe, a-t-il ajouté. Grâce à l'absence de frontières, les réfugiés se déplacent librement sur le continent, et certains pays de l'UE ont enregistré une forte hausse des demandes d'asile au cours des derniers mois. L'Allemagne en particulier.

Berlin attribue la reprise des contrôles aux frontières avec la Pologne et la République tchèque à sa lutte contre les trafiquants d'êtres humains. La Slovénie renforce la surveillance de ses frontières avec la Croatie, qui a récemment rejoint l'espace Schengen.

"Souvent, il ne s'agit que de contrôles ponctuels. Ils n'arrêtent qu'une fraction des personnes qui franchissent la frontière. Il ne s'agit pas vraiment d'un rétablissement complet des frontières intérieures. Il s'agit d'une mesure symbolique. Le système Schengen fonctionne parfaitement. C'est l'une des plus grandes réussites de l'intégration européenne", est convaincu le politologue Eugenio Cusumano.

AP
Un policier allemand arrête un minibus à la frontière avec la Pologne pour une inspection, 28 septembre 2023AP

L'accord de Schengen a été signé par cinq pays - la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg - en juin 1985. La signature a eu lieu sur le bateau Princesse Marie-Astrid, sur la Moselle, près de l'endroit où convergent les frontières du Luxembourg, de la France et de l'Allemagne.

Le traité a été baptisé du nom de la localité la plus proche : Schengen.

Presque tous les pays de l'Union européenne en expansion, ainsi que la Suisse, l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein y ont adhéré par la suite.

L'Irlande n'a pas pu adhérer à Schengen en raison d'un accord distinct avec la Grande-Bretagne.

Euronews
Румыния, Ирландия, Болгария и Кипр, хоть и являются членами ЕС, в Шенгенскую зону не входятEuronews

Deux pays de l'UE, la Bulgarie et la Roumanie, attendent depuis plus de 15 ans d'être autorisés à rejoindre le groupe Schengen.

Certains experts pensent que cela se produira avant la fin de l'année 2023.

"Question à un million de dollars : quand Sofia et Bucarest feront-ils partie de l'espace Schengen ?

Le Parlement européen a demandé à plusieurs reprises aux gouvernements des pays du groupe d'autoriser la Bulgarie et la Roumanie à rejoindre Schengen dès que possible, notant qu'elles ont déjà rempli toutes les conditions nécessaires.

En septembre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans son discours sur l'état de l'Union, a déclaré qu'il fallait le faire "sans plus tarder".

PUBLICITÉ

"C'est bien sûr la question à un million de dollars, et je crains de ne pas avoir de boule de cristal pour prédire quand cela se produira", a déclaré Alberto-Horst Neidhardt du Centre for European Policy.

Selon l'expert, la politique "joue à nouveau un rôle important dans cette question".

"Tous les nouveaux membres de l'UE devraient pouvoir bénéficier de ce privilège, d'un système Schengen plus fort et plus durable", est convaincu M. Neidhardt.

"Pendant longtemps, on a pensé qu'ils n'étaient pas encore prêts et qu'il restait un long chemin à parcourir. Mais en fait, il semble qu'ils feront partie de Schengen d'ici la fin de 2023. Cela pourrait probablement être réalisé plus tôt, mais au moins ils sont déjà sur cette voie ", a déclaré le politologue Eugenio Cusumano à Euronews.

Les nouveaux membres ont besoin d'un vote favorable de tous les pays du groupe pour être inclus dans l'espace Schengen.

PUBLICITÉ

Les Pays-Bas et l'Autriche s'opposent à l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, estimant que ces pays constituent la voie d'entrée dans l'UE d'un grand nombre de migrants se rendant en Europe par la "route des Balkans".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Croatie membre à part entière de l'espace Schengen

Espace Schengen : le Parlement européen soutient l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie

Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni, selon les chrétiens-démocrates