Espace Schengen : le Parlement européen soutient l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie

Access to the comments Discussion
Par Christopher Pitchers  & Yolaine de Kerchove (traduction)
Sur cette photo, la police bulgare patrouille près du poste frontière de Kapitan Andreevo entre la Bulgarie et la Turquie.
Sur cette photo, la police bulgare patrouille près du poste frontière de Kapitan Andreevo entre la Bulgarie et la Turquie.   -  Tous droits réservés  Valentina Petrova/AP2011

Le Parlement européen demande urgemment aux pays de l'UE de permettre à la Roumanie et à la Bulgarie de rejoindre l'espace de libre circulation Schengen.

Ces deux pays sont membres de l'Union européenne depuis 15 ans maintenant, mais restent en dehors de la zone sans passeport en raison d'un blocage au niveau politique.

Les députés européens estiment que le maintien des contrôles aux frontières internes de l'UE est discriminatoire et a un impact sur la vie des personnes et des travailleurs. Ils affirment également que les deux pays ont rempli les conditions nécessaires à leur adhésion.

"En ce qui concerne les critères de Schengen, les deux pays sont prêts à y adhérer, ce que nous n'avons cessé de répéter ici au Parlement à travers toutes les résolutions que nous avons présentées.La question a été, pendant tout ce temps, bloquée au niveau politique, et c'est là que l'effort doit être fait maintenant. Et je suis convaincu, sur la base du débat que nous avons au Parlement et du signal politique qui va passer, que le Conseil [de l'UE] de décembre franchira enfin cette étape importante dans l'évolution de la politique de Schengen.", explique Dragoș Tudorache, député européen roumain et ancien ministre de l'Intérieur.

Cette décision fait suite à un vote du Parlement européen mardi, qui a soutenu la candidature de Bucarest et de Sofia à une écrasante majorité.

Cette décision n'est pas contraignante, mais elle accroît la pression sur les États membres de l'UE pour qu'ils accueillent ces deux villes dans l'espace Schengen. Un vote est attendu en décembre.

En cas d'adoption, tous les contrôles physiques aux frontières intérieures de la Roumanie et de la Bulgarie pourraient être supprimés dès 2023.

Mais tous les groupes politiques ne sont pas d'accord.

Patricia Chagnon, eurodéputée française du Rassemblement national, a décalré : "Nous avons vu ces dernières années que les frontières extérieures européennes ne sont pas protégées, donc notre préoccupation est la sécurité au sein de l'espace Schengen... Donc, nous voulons attendre et nous voulons avoir l'assurance, avant d'avoir d'autres adhésions, que nous pouvons réellement protéger nos frontières extérieures."

L'élargissement de l'espace Schengen exige que tous les pays de l'UE votent en faveur de l'adhésion de tout nouveau membre, ce qui signifie que tout désaccord serait décisif.

Actuellement, les 27 Etats membres, à l'exception de la Bulgarie, de la Croatie, de Chypre, de l'Irlande et de la Roumanie, font partie de l'espace Schengen. Quatre États non membres de l'UE - l'Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein - l'intègrent également.

Video editor • Vassilis Glynos