EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le gouvernement néerlandais met fin à l'extraction gazière à Groningen

Le champ gazier de Groningen
Le champ gazier de Groningen Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Fernande van Tets
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gouvernement néerlandais a décidé de fermer le champ gazier de Groningen, le plus grand du pays. Celui-ci provoquait des séismes de plus en plus fréquents.

PUBLICITÉ

Addie Dost a grandi dans cette maison, à Groningen. Mais à cause des tremblements de terre, il n’est plus possible d'y vivre en sécurité. Ces séismes sont provoqués par les extractions du champ gazier voisin – le plus grand de son genre en Europe. Des milliers d'habitants ont du mal à obtenir une indemnisation, malgré une nette augmentation des dégâts.

"Ils ont dit qu'ils devaient renforcer la maison. Ils ont dit ça il y a déjà quelque temps. Mais toutes les procédures prennent tellement de temps et sont si compliquées, et elle coûtent tellement d’argent – tout cela prend une éternité" soupire Addie Dost.

Les richesses de cette région sont pourtant à l'origine de l’État-providence néerlandais.

Machiel Mulder , professeur d'économie énergétique à la Rijksuniversiteit Groningen, explique : "la découverte du gisement de gaz de Groningen a été très importante pour l'économie néerlandaise. Au début, elle nous a permis de générer un chiffre d'affaires annuel d'environ 15 milliards d'euros. Cela a donc représenté une énorme contribution à l'économie néerlandaise. Et l’État néerlandais détenait une part importante de ces revenus, environ 80 % de ces revenus allaient à l’État et à la société néerlandaise."

Ici, le premier tremblement de terre a eu lieu en 1986. En 2012, un séisme de magnitude 3,6 a causé d’énormes dégâts et changé l’opinion publique. Selon une enquête parlementaire menée plus tôt cette année, le gouvernement a trop misé sur l'extraction du gaz. Depuis le 1er octobre, l'exploitation de Groningen est fermée... Quelques jours plus tôt, le Premier ministre a rendu visite aux habitants sinistrés.

"Nous savons qu’il existe un lien direct entre les tremblements de terre et l’extraction de gaz. Heureusement, nous pouvons nous passer du gisement gazier de Groningen – c’est pourquoi il est crucial de le fermer, pour la sécurité de tous" a déclaré Mark Rutte lors de sa visite.

En cas d'hiver particulièrement froid, le champ pourrait être exploité une dernière fois.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"L’industrie pétrolière et gazière doit faire partie de l’équation climatique" (directeur COP28)

L'UE se désengage du gaz russe malgré la hausse des importations de GNL

Les Pays-Bas vont fermer les vannes du plus grand gisement de gaz d'Europe en octobre