EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

En Equateur, un riche homme d'affaires remporte la présidentielle devant les corréistes

Les supporters de Daniel Noboa
Les supporters de Daniel Noboa Tous droits réservés Carlos Noriega/AP
Tous droits réservés Carlos Noriega/AP
Par AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Daniel Noboa a grandi dans les coulisses des campagnes électorales de son père, Alvaro Noboa, qui a fait fortune dans l'exportation de bananes et s'est présenté en vain cinq fois à la présidentielle.

PUBLICITÉ

Avec 52,1% des voix, l'homme d'affaires et fils de milliardaire Daniel Noboa est devenu dimanche, à 35 ans, président de l'Equateur, promettant de se mettre immédiatement "au travail" pour ramener "la paix" dans un pays ravagé par la violence du narcotrafic.

Son adversaire Luisa Gonzalez, héritière de l'ex-président Rafael Correa (2007-2017), a recueilli 47,9 % des suffrages et a reconnu sa défaite avant même la fin du décompte, félicitant "sincèrement le vainqueur". Dans la foulée, le Conseil national électoral (CNE) a proclamé M. Noboa vainqueur.

"Demain, nous commencerons à travailler pour ce nouvel Equateur (...) pour reconstruire un pays qui a été gravement touché par la violence, la corruption et la haine", a commenté le président élu, depuis son fief d'Olon (ouest), sur la côte Pacifique.

"A partir de demain, l'espoir commence", a-t-il promis, au côté de son épouse enceinte, remerciant "Dieu, ma femme, mes parents et toutes les personnes qui ont fait partie d'un projet politique nouveau, jeune, improbable, dont l'objectif était de redonner le sourire au pays".

"Ressortir dans la rue"

Comme inlassablement répété durant sa campagne, il s'est une nouvelle fois "engagé à redonner la paix à un pays, à redonner l'éducation, des emplois aux nombreuses personnes qui en cherchent, de donner la paix aux familles qui ne peuvent pas sortir dans la rue".

Cette victoire a été saluée par des concerts de klaxons à Quito, mais sans rassemblement populaire majeur.

Le scrutin, annoncé ces derniers jours comme très serré, s'est déroulé sans incident majeur, avec un taux de participation de plus de 82,33%. Il marque une lourde défaite pour le corréisme, principale force politique en Equateur depuis une quinzaine d'années, alors que l'ombre Rafael Correa (en exil car condamné pour corruption dans son pays) a plané sur le vote.

Mme Gonzalez, 45 ans, était arrivée le 20 août en tête du premier tour avec 34% des voix. Benjamin de l'élection, Daniel Noboa avait créé la surprise en prenant la deuxième place (23%) d'une campagne marquée par l'assassinat de l'un des principaux candidats, Fernando Villaviciencio, un ex-journaliste au discours anti-corruption.

Cette élection s'est déroulée "dans un climat d'insécurité et de violence politique imposé par les bandes liées au crime organisé international", a résumé dimanche la presse locale.

Autrefois considéré comme un îlot de paix en Amérique latine, le pays de 18 millions d'habitants, situé entre la Colombie et le Pérou, les deux plus gros producteurs mondiaux de cocaïne, a été rattrapé par une vague de violences sans précédent liée au crime organisé et au narcotrafic.

Noboa Corporation

Daniel Noboa a grandi dans les coulisses des campagnes électorales de son père, Alvaro Noboa, qui a fait fortune dans l'exportation de bananes et s'est présenté en vain cinq fois à la présidentielle, notamment contre Rafael Correa en 2006.

Marié et père de deux enfants, ce prospère homme d'affaires a étudié dans les meilleures universités américaines avant d'intégrer l'empire familial, la Noboa Corporation.

Souriant mais d'abord réservé, l'allure sportive, il a promis "une main ferme" contre les groupes criminels. Il propose pour cela la "militarisation des ports et des frontières, de protéger les voies stratégiques d'exportation et de commerce", ou encore de développer la "vigilance citoyenne".

Autres grands projets sécuritaires : créer une agence du renseignement national qui chapeautera tous les organes de renseignement, y compris l'administration pénitentiaire (SNAI), un "désastre total" selon lui alors que les prisons du pays sont le théâtre de massacres récurrents entre détenus de gangs rivaux.

L'homme se dit de "centre gauche", mais ce néo-libéral incarne l'élite politique équatorienne issue du monde de l'entreprise privée et proche de la droite.

PUBLICITÉ

Son programme de 76 pages contient quatre volets, "social, économique, institutionnel et environnemental". Il entend travailler à la réduction de la pauvreté et l'augmentation de l'emploi par l'investissement, la création de petites et moyennes entreprises, la réduction de la bureaucratie ou encore l'accès au crédit. Il a par ailleurs promis "d'actualiser" le salaire minimum.

L'homme à la maigre expérience de deux ans comme député n'aura que bien peu de temps pour tenir ses promesses. Il gouvernera jusqu'au début 2025, terme du mandat du président conservateur sortant Guillermo Lasso qui avait choisi d'appeler à des élections anticipées pour éviter sa destitution sur fond d'accusations de corruption.

M. Noboa aura aussi fort à faire pour obtenir une majorité à l'Assemblée nationale, particulièrement fragmentée, où il ne dispose que de 13 députés, contre 48 pour le parti corréiste, sur un total de 137 sièges.

La passation de pouvoir avec M. Lasso est prévue autour du 10 décembre, mais M. Noboa se rendra dès mardi à la présidence rencontrer le chef d'Etat sortant qui l'a "félicité" pour sa victoire.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Equateur, les gangs de narcotrafiquants considérés comme des groupes terroristes

22 tonnes de cocaïne saisies en cours de destruction en Equateur

Équateur: des dizaines d'arrestations après une tentative d'assaut dans un hôpital