En Equateur, les gangs de narcotrafiquants considérés comme des groupes terroristes

La police a procédé mercredi à une explosion contrôlée d'un véhicule stationné dans un quartier de la prison El Inca, à Quito
La police a procédé mercredi à une explosion contrôlée d'un véhicule stationné dans un quartier de la prison El Inca, à Quito Tous droits réservés Carlos Noriega/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'état d'urgence s'est abattu en Equateur. 20 gangs de narcotrafiquants sont désormais considérés comme des groupes terroristes.

PUBLICITÉ

En Equateur, au lendemain de la prise d'assaut d'une chaîne de télévision publique par un gang de narcotrafiquants, les Équatoriens vivaient mercredi dans la peur et l'angoisse face à la vague de violence sans précédent qui s'est abattue sur le pays. 

A Quito, la capitale, la présence policière a été renforcée après que le président Daniel Noboa a déclaré l'état d'urgence.

L'état d'urgence national permet notamment aux autorités de suspendre les droits des citoyens et de mobiliser l'armée dans des lieux comme les prisons.

"Tristesse et peur. C'est quelque chose que nous vivons tous en ce moment, mais c'est le fait que nous ne savons pas quoi faire. Parce qu'en réalité, nous ne pouvons rien faire", a déclaré Alisson Chicaiza, un secouriste de Quito.

Le chef des forces armées équatoriennes a annoncé mardi que le président lui avait donné pour instruction de considérer les gangs qui sévissent dans le pays comme un objectif militaire.

Jaime Vela Erazo a fait cette annonce dans une déclaration enregistrée et diffusée depuis le palais présidentiel de Quito, entouré d'autres hauts responsables de l'armée, de la sécurité et du gouvernement.

"Nous ne reculerons pas et ne négocierons pas. Le bien, la justice et l'ordre ne peuvent pas demander la permission ni baisser la tête devant les terroristes", a déclaré Vela Erazo.

Le gouvernement a déclaré qu'au moins 30 attaques ont eu lieu depuis que les autorités ont annoncé que le chef du gang Los Choneros, Adolfo Macías, alias Fito, s'est évadé de sa cellule.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

22 tonnes de cocaïne saisies en cours de destruction en Equateur

En Equateur, un riche homme d'affaires remporte la présidentielle devant les corréistes

Équateur: des dizaines d'arrestations après une tentative d'assaut dans un hôpital