EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L’OMM appelle à une gestion et surveillance rénovées de l'eau

L'Organisation Météorologique Mondiale alerte sur le fait que l'écrasante majorité des catastrophes naturelles sont liées à l'eau.
L'Organisation Météorologique Mondiale alerte sur le fait que l'écrasante majorité des catastrophes naturelles sont liées à l'eau. Tous droits réservés OLIVIER MORIN/AFP or licensors
Tous droits réservés OLIVIER MORIN/AFP or licensors
Par Alexis Alouache
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le dernier cri d'alarme de l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) met en évidence une problématique hydrolique mondiale.

PUBLICITÉ

L'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) alerte sur le bouleversement du cycle de l'eau sur Terre, accentué par le changement climatique et les activités humaines, selon un rapport du 12 octobre 2023. Les catastrophes comme les sécheresses sévères et les fortes pluies pèsent lourdement sur nos sociétés et économies. De plus, la fonte rapide des glaces augmente le risque d'inondations, mettant en danger l'approvisionnement en eau pour des millions de personnes et nous plaçant face à une crise mondiale aux conséquences potentiellement dramatiques

Si dans son rapport l’OMM rappelle que la majorité des catastrophes naturelles sont intimement liées à l’eau elle exhorte ainsi les instances mondiales à renforcer urgemment les politiques et les systèmes de surveillance liés à cette ressource essentielle.

Selon Petteri Taalas, Secrétaire général de l'organisation, "Près de la moitié de la planète connait une augmentation des inondations, et environ un tiers de la planète a été confronté à des sécheresses. Nous aurons des difficultés pour obtenir de l'eau pour l'agriculture, les êtres humains, pour l'industrie et aussi pour la production d'énergie hydroélectrique."

Le rapport "État des Ressources Globales en Eau 2022" réclame une réorientation drastique des politiques et un renforcement des mécanismes de surveillance. Avec environ 3,6 milliards de personnes confrontées à un accès limité à l'eau au moins un mois par an, la gestion de cette ressource vitale nécessite une collaboration transfrontalière renforcée et une amélioration notable de la surveillance.

La gestion de la demande en eau est également mise en lumière par Stefan Uhlenbrook, directeur du département Eau et Cryosphère de l'OMM. Ce dernier critique le fait que 90% mauvaise utilisation de l’eau dans agriculture.

"Quelle est la solution ? Nous devons gérer la demande. Utiliser 90% des prélèvements d'eau pour l'agriculture dans des systèmes d'irrigation largement inefficaces n'est pas la solution. 

Par exemple, cultiver des cultures très assoiffées et très gourmandes en eau situé au milieu du désert est peut-être économiquement réalisable, mais ce n'est pas la bonne solution d'un point de vue environnemental." Assure le directeur du département Eau et Cryosphère de l'OMM.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Camions-citernes et eaux usées réutilisées ou comment les pays de l'UE luttent contre la sécheresse

Un record de température de 52,2°C a été atteint en Chine dimanche, ce qui fait craindre un retour de la sécheresse

Sécheresse précoce et crise de l'eau en France