EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les Etats-Unis et l'UE affichent leur unité face aux multiples crises

Ursuala von der Leyen, Charles Michel durant leur visite à la Maison Blanche, le 20 octobre 2023.
Ursuala von der Leyen, Charles Michel durant leur visite à la Maison Blanche, le 20 octobre 2023. Tous droits réservés OLIVIER DOULIERY/AFP or licensors
Tous droits réservés OLIVIER DOULIERY/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président Joe Biden et les dirigeants de l'Union européenne, réunis vendredi à la Maison Blanche, ont affiché un front uni défendant le droit d'Israël de se défendre contre le Hamas et pour continuer à soutenir l'Ukraine face à la Russie.

PUBLICITÉ

La rencontre au sommet survient sur fond d'une multiplication des crises dans le monde et le président américain et les dirigeants européens Charles Michel et Ursula von der Leyen avaient à coeur de démontrer la solidité du lien transatlantique pour y faire face.

Dans de brefs propos devant la presse, Joe Biden s'est félicité de ce que les Etats-Unis et l'UE soient "unis pour soutenir le peuple courageux de l'Ukraine" face à la Russie "et maintenant pour soutenir Israël après l'attaque terroriste épouvantable du Hamas".

Arrivés séparément à la Maison Blanche, le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont ensuite participé à une réunion trilatérale avec le président américain.

Les discussions devaient être suivies d'un communiqué commun mais aucune conférence de presse n'est prévue.

"Israël a le droit de se défendre. Cela doit se faire dans le respect du droit humanitaire international", a affirmé M. Michel, tandis que Mme von der Leyen remerciait le président américain pour sa "visite remarquable" en Israël mercredi dernier.

"Ces conflits démontrent la nécessité d'y faire face ensemble", a-t-elle dit, en insistant sur le fait "que les évènements au Moyen-Orient ne sauront nous distraire de notre soutien indéfectible à l'Ukraine".

Européens et Américains cherchent aussi à éviter l'ouverture d'un deuxième front avec le Hezbollah libanais et, au-delà, une escalade régionale aux ramifications imprévisibles, Mme von der Leyen ciblant en particulier l'Iran.

Rassurer

L'un des enjeux du sommet est aussi d'afficher un soutien continu fort à l'Ukraine, au moment d'un certain flottement à Washington en raison de la crise qui paralyse le Congrès américain.

Le président américain s'est justement adressé jeudi soir aux Américains leur disant que les Etats-Unis seraient davantage en sécurité "pour des générations" s'ils soutenaient à la fois Israël et l'Ukraine.

Il demande au Congrès une rallonge budgétaire de 105,85 milliards de dollars pour aider ces deux pays, tenir tête à la Chine et répondre aux arrivées de migrants à la frontière sud des Etats-Unis.

L'enjeu est de taille, car l'aide est otage de cette paralysie parlementaire et que plane sur les Etats-Unis une nouvelle crise budgétaire, le "shutdown" le 17 novembre, à défaut d'une entente au Congrès.

M. Biden multiplie les gages envers ses partenaires européens pour les rassurer à cet égard.

Les Européens préparent eux un paquet d'aides à long terme en soutien à l'Ukraine de 50 milliards d'euros.

A l'agenda aussi, la question sensible visant à impliquer davantage les pays tiers, via lesquels la Russie s'efforce de contourner les sanctions internationales.

Pas d'accord en vue

Ces crises dominent largement ce sommet transatlantique, qui ne devrait pas déboucher, comme espéré par les Européens, sur un accord sur les contentieux commerciaux entre les deux blocs, les négociateurs n'étant pas parvenus à s'entendre.

PUBLICITÉ

Cela concerne en particulier les importations américaines d'acier européen, cibles de droits de douane imposées en 2018 par la présidence Trump.

Suspendus en 2021, ceux-ci pourraient être réactivés si aucun accord n'était trouvé avant la fin de l'année.

L'UE espérait aussi un accord concernant les minéraux essentiels, nécessaires à la transition énergétique, mais là non plus les discussions n'ont pas encore abouties, selon une source proche du dossier.

Il s'agit de supprimer des éléments discriminatoires présents dans le grand plan climat américain (IRA) voté à l'été 2022.

PUBLICITÉ

Les Européens avaient affiché l'espoir qu'un accord entre l'UE et les Etats-Unis sur l'acier et l'aluminium ainsi que sur l'approvisionnement en minéraux essentiels pourrait être annoncé lors du sommet.

Les dirigeants américain et européens devaient par ailleurs discuter de l'urgence climatique et de la transition énergétique, l'UE entendant inciter les Etats-Unis à en faire plus.

Les Vingt-Sept se sont accordés à ce que l'UE défende, à la prochaine COP28 début décembre à Dubaï, l'élimination des combustibles fossiles brûlés sans captage du CO2, avec un pic de leur consommation mondiale dès "cette décennie".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sommet de l'OTAN : Poutine a tort de penser que le soutien de l'alliance à l'Ukraine va s'étioler

La Cour suprême américaine reconnaît une présomption d'immunité pénale à Donald Trump

Bande de Gaza : des discussions “positives” en vue d’une trêve