EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Etats-Unis : toujours pas de speaker à la chambre des représentants, un nouveau candidat désigné

Le représentant Mike Johnson s'exprime après avoir été choisi comme nouveau candidat au poste de président de la Chambre des représentants
Le représentant Mike Johnson s'exprime après avoir été choisi comme nouveau candidat au poste de président de la Chambre des représentants Tous droits réservés Jose Luis Magana/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Jose Luis Magana/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Christelle Petrongari avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les élus républicains de la Chambre américaine des représentants ont désigné mardi un nouveau candidat au poste de "speaker", leur second de la journée et le quatrième en deux semaines, soulignant le chaos dans lequel est plongé le Congrès.

PUBLICITÉ

L'élu de Louisiane Mike Johnson a remporté un scrutin interne, a déclaré l'élue républicaine Elise Stefanik, alors que Tom Emmer avait été désigné plus tôt dans la journée comme candidat, avant d'abandonner quelques heures après sous la pression d'élus trumpistes.

Il devrait toutefois lui rester un certain nombre d'obstacles avant de pouvoir accéder au perchoir.

Après avoir tenté pendant des semaines de trouver un nouveau président pour la chambre basse, les républicains s'étaient entendus initialement mardi sur le nom de Tom Emmer, numéro trois du parti à la Chambre.

La candidature de cet élu du Minnesota, voix de l'establishment du parti, a cependant très vite paru vouée à l'échec.

Plus d'une vingtaine d'élus trumpistes avaient en effet rapidement indiqué qu'ils ne le soutiendraient jamais lors du vote en séance plénière, alors même que les républicains ne disposent que d'une très mince majorité à la Chambre des représentants.

Paralysie

Près de trois semaines après la destitution de l'ancien président de la chambre basse Kevin McCarthy, les luttes intestines des républicains continuent de s'afficher au grand jour.

Les enjeux pour trouver un nouveau "speaker" sont pourtant grands. Sans lui, impossible de tenir un vote sur un projet de loi; et faute de vote sur le budget, la menace d'une paralysie de l'administration fédérale à la mi-novembre ne fait que gagner en crédibilité.

Sans "speaker", la Chambre est également dans l'incapacité d'accéder à la demande du président Joe Biden d'envoyer une aide d'urgence à Israël et à l'Ukraine.

"C'est probablement l'une des choses les plus embarrassantes que j'ai vues", a dit le chef républicain de la commission des affaires étrangères, Michael McCaul, à ABC News dimanche.

"Parce que si nous n'avons pas de président de la Chambre, nous ne pouvons pas gouverner. Et chaque jour qui passe, nous sommes en gros fermés en tant que gouvernement", a-t-il ajouté.

La semaine dernière, le chef de la commission des Affaires judiciaires Jim Jordan, un allié de l'ex-président Donald Trump, avait semblé être sur le point de mettre fin à cette quête de plus en plus gênante pour le parti.

Il a fini par essuyer trois échecs en autant de votes. Puis les républicains lui ont retiré leur soutien, faisant savoir qu'ils se réuniraient lundi pour désigner un nouveau candidat au poste de "speaker".

Leadership

Ces dysfonctionnements au sein du Parti républicain empêchent le Congrès de répondre à la demande de Joe Biden de débloquer plus de 100 milliards de dollars en fonds d'urgence, principalement de l'aide militaire pour l'Ukraine et Israël dans leurs guerres contre, respectivement, la Russie et le Hamas.

"A un moment critique où nos alliés comptent sur nous pour que nous montrions du leadership (...), les républicains de la Chambre tournent notre gouvernement en dérision et embarrassent le pays sur la scène mondiale", a dénoncé la porte-parole du Comité national démocrate, Sarafina Chitika.

Et à moins que les élus n'approuvent le budget fédéral pour 2024 d'ici le 17 novembre, l'administration fédérale sera paralysée, avec des centaines de milliers de travailleurs renvoyés temporairement chez eux sans salaire.

Comme depuis trois semaines, la confusion règne au Congrès sur la marche à suivre et le feuilleton parlementaire promet de nouveaux rebondissements dans les jours et semaines à venir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mike Johnson, enfin un nouveau speaker pour la chambre des représentants

Joe Biden lance sa campagne lors du discours sur l'état de l'Union

Les États-Unis s'inquiètent d'un projet d'arme nucléaire spatiale russe